27 novembre 2008 4 27 /11 /novembre /2008 10:48

 

SALVATORE ADAMO

 

 

 

 

 

 

 

 

 Ben ça alors, …voilà que Salvatore me gronde parce que j’ai du retard pour la parution de l’article de notre blog. Oui je sais, Mimi m’a déjà fait parvenir tout ce qu’elle voulait faire la semaine dernière, et moi je n’ai pas terminé mes textes. Mais enfin, j’ai quand même pris la route enneigée et verglacée pour aller à ton précédent concert à Anzin, dimanche ! -C'était superbe d'ailleurs, merci-.

 …Mimi aussi y est allée !

 Oui Salvatore, Mimi y est également allée, d’ailleurs ont s’est bien amusées toutes les deux… mais je te dirais qu’elle s’est fait conduire par mon second frère, Christian, tandis que moi, j'ai encore la neige sur le manteau et les clefs de voiture à la main !

 

 

 Bon, voyons à ne pas prendre davantage de retard !

 Où « ton ailleurs de lumière va-t-il nous emmener aujourd’hui, Salvatore ?

 

 

  Un texte, une chanson, une illustration

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 En regardant ce superbe tableau de Gérard, Mimi et moi, nous pensions au paysage qui a caressé ta jeunesse passée avec tes parents.

 Bien sûr, il y avait les mines.

 Mais en suivant « le ruisseau de ton enfance » on arrive à voir un paysage de rêve.

 Doucement vallonné, habillé de forêts parfumées et sombres, et plus loin la verdure, ou des champs jaunis, et là, les pas de Verlaine, de Verhaeren, l’air paisible qui laisse le cœur se délivrer, l’imagination s’enflammer, l’espace s’ouvrir pour libérer les âmes. Se rencontrer soi-même.

 Et te voilà maintenant poésies en poche, à nous proposer en  chansons, ta vision d’une société qui peut devenir belle. Alors tu nous emmènes en voyage, tu nous montres le monde, les bons ou  les audacieux, tu nous fais rire ou pleurer, tour à tour on danse, on chante, on se pose pour réfléchir à ce monde..

 Mais qui mieux que ta mère, Conceta, aurait pu t’inspirer cette approche de la vie ? Alors un jour, tu nous as fait entrer avec simplicité et tendresse dans ce monde particulier de l’enfant avec sa mère, et tu nous proposes une berceuse originale, où tu maries le français et l’italien avec aplomb.

 Nous aimons aussi beaucoup la version où tu la chantes en duo avec Juliette, dernièrement.

 

Un air en Fa mineur

Un air en Fa mineur
Un air venu d'ailleurs
Un chant de paradis
Du temps des jours bénis

Un air en Fa mineur
L'écho d'anciens bonheurs
Une voix qui fait du bien
L'enfant qui se souvient

Dormi bambino mio
E tornerà papà
Dormi tesoro moi
E lui ti porterà
Tutte le belle cose
Che tu potrai sognar
E anche delle rose
Per me se Dio vorrà

Un air en Fa mineur
Un air tout en douceur
Qui vous emporte au loin
Dans un rêve câlin

Un air en Fa mineur
Qui caresse mon coeur
Ma mère qui me sourit
L'enfant s'endort ravi

Dormi bambino mio
E tornerà papà
Dormi tesoro moi
E lui ti porterà
Tutte le belle cose
Che tu potrai sognar
E anche delle rose
Per me se Dio vorrà

 

 Tes amis du nord n’ont pas été bercé par ces douces paroles, tu penses « Dormi bambino moi, E tornerà papà »…. qu’elle merveille de tendresse ! Je la connais par cœur, mais chez nous, nous avons « Le p’tit quinquin », qui est à Lille ce que Le « Manneken pis » est à Bruxelles, sauf que lui, il a ses couches si je puis dire.

 

L’autre jour à Lille, tu nous l’avais offerte en chanson ce « P’tit Quinquin » et  c’était cadeau !

 

A Anzin aussi tu nous l'a interprété, et tu m’as donné envie de t’offrir les paroles en entier et même une super vidéo pour distraire.

 

Pour la petite histoire, ici dans le nord nous sommes « particuliers », ce « P’tit Quinquin » berceuse a vite dégénéré en quadrille et en ronde.. pour le fun.

 

 

 La statue du « Petit Quinquin » à LILLE

 

 

 

 

 

http://beh.free.fr/npc/mus/quinquin.html

 

  "Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.

 

Ainsi l'aut'jour eun' pauvr' dintellière
In amiclotant sin p'tit garchon
Qui, d'puis tros quarts d'heure, ,n'faijot qu' braire
Tâchot l'indormir par eun' canchon.
Ell' li dijot : "Min Narcisse
D'main t'aras du pain d'épice,
Du chuc à gogo
Si t'es sache et qu'te fais dodo.

 

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.


Et si te m'laich' faire eun' bonn' semaine
J'irai dégager tin biau sarrau
Tin patalon d'drap, tin giliet d'laine
Comme un p'tit milord, te s'ras farau !
J't'acat'rai, l'jour d'la ducasse
Un porichinell' cocasse
Un turlututu
Pour juer l'air du Capiau-pointu.

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.


Nous irons dins l'cour Jeannette-à-Vaques
Vir les marionnett's. Comm' te riras,
Quand t'intindras dire :"Un doup pou' Jacques !
Pa' l'porichinell' qui parl' magas
Te li mettras dins s' menotte
Au lieu d'doupe, un rond d'carotte !
Y t'dira : "merci"
Pins' comm' nous arons du plaisi !

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.


Et si par hazard sin maite s'fâche
Ch'est alors, Narciss, que nous rirons
Sans n'avoir invi', j'prindrai m'n air mache
J'li dirai sin nom et ses surnoms
J'li dirai des fariboles
Y m'in répondra des drôles
Infin, un chacun
Verra deux spectac' au lieu d'un.

 

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.


Alors, serr' tes yeux, dors, min bonhomme
J'vas dire eun' prière à Ptit-Jésus
Pour qu'y vienne ichi, pindant tin somme
T'faire rêver qu' j'ai les mains plein's d'écus
Pourqu'y t'apporte eun'coquille
Avec du chirop qui guille
Tout l'long d'tin minton
Te pourlèqu'ras tros heur's de long! -

 

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.


L'mos qui vient, d'Saint-Nicolas ch'est l'fête
Pour sûr, au soir, y viendra t'trouver
Y t'f'ra un sermon et t'laicher'ra mette
Ind'zous du balot un grand painnier
Y l'rimplira, si t'es sache
D'séquois qui t'rindront bénache
Sans cha, sin baudet
T'invoira un grand martinet."

 

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.


Ni les marionnett's, ni l'pain d'épice
N'ont produit d'effet, Mais l'martinet
A vit' rappajé l'petit Narcisse
Qui craignot d'vir arriver l'baudet
Il a dit s'canchon dormoire
S'mèr l'a mis dins s'n ochennoire
A r'pris sin coussin
Et répété ving fos che r'frain

 

"Dors, min p'tit quinquin
Min p'tit pouchin
Min gros rogin !
Te m'f'ras du chagrin
Si te n'dors point j'qu'a d'main.

 


 

 

 

 

Moi, je ne suis qu’un bébé chat, mais « cham’va » quand même une berceuse en hamac !

 

Partager cet article
Repost0