30 novembre 2008 7 30 /11 /novembre /2008 10:20

 

SALVATORE ADAMO





Oh oui, Cher Salvatore, tu peux bien rire après tes exploits de ce soir là, à Anzin, tu nous as bien eus avec ton « P'tit Quinquin-Surprise » !

Et ces yeux qui pétillent de « Malice » …Ah « La Malice », Coquin !

Malheureusement personne pour te souffler les paroles à la fin de cette berceuse, (on connait : Un air en Fa mineur, c’est déjà ça…) et Ch'ti ROBERT  qui dansait encore avec je ne sais qui en plein après-midi ce dimanche… Tu te rends compte, Salvatore au lieu que ton ami se joigne à nous !  Mais bon, il s’est fait pardonner depuis et il m’a envoyé sa vidéo du P'tit Quinquin. Aller on commence par lui cette fois, il est trop « craquant »,.

Mais attention, quand je te disais qu’avec les gens du nord si « particuliers » la berceuse était vite devenue une « ronde », il se pourrait bien qu’avec Ch'ti ROBERT    on tourne carrément bourrique sur un rythme endiablé comme avec la jolie poupée de Bernard Ménès ! Même pire, tiens regarde et écoute, si tu veux bien :



 


C’est génial, n’est-ce pas ?

Attends encore un peu, Salvatore, je te raconte quelque chose :

L’autre jour, pensive, je regardais la mer, tout comme tu le conseilles dans tes chansons romantiques… là, j’entends des rires, des fous rires même, des pas, je me retourne et qui je vois ?

Ch'ti ROBERT , Marc Fabien Bonnard et Gérard  qui chantaient en cœur le dernier refrain du P'tit quinquin ! Ils ont poursuivis en entonnant « La jolie Poupée »,  pas étonnant, c’est Marc qui l’a composée !

Là, tu me connais, je ne les ai pas ratés : Paff une photo, regarde c’est vrai la voici :

 

 

 

Ils étaient très étonnés, mais instantanément ils ont posé en souriant pour la photo, faisant semblant de rien, style : on se promène calmement sur le bord de mer –pas de filles- Arno s’est pris un lot complet ! Et là « Qu’est-ce que je vois ? Je vois deux ou trois gars tout sérieux qui prennent l’air de la mer, … la, la, la, la…. et moi, jn’en reviens pas, la la la la la la…

Tu as vu : ILS ONT RAJEUNIS LES BOUGRES, incroyable !


 

 

Mais tous ces bons moments de joie et d’amitié, alternent avec d’autres qui nous font réfléchir.

Et nous allons voir un peu du côté d’une chanson tout aussi belle que sérieuse.

Salvatore, tu l’interprètes souvent et dans beaucoup de langues différentes.

Par elle, tu touches les cœurs, et avec le respect de tous sans aucune exception, ayant même fait quelques retouches afin que l’on comprenne bien que c’est la douleur qu’engendre les différents qui te blesse.



Un texte, une chanson, une illustration

 

INCH'ALLAH

J'ai vu l'Orient dans son écrin
Avec la lune pour bannière
Et je comptais en un quatrain
Chanter au monde sa lumière

Mais quand j'ai vu Jérusalem
Coquelicot sur un rocher
J'ai entendu un requiem
Quand sur lui je me suis penché

Ne vois-tu pas humble chapelle
Toi qui murmure "Paix sur la terre"
Que les oiseaux cachent de leurs ailes
Ces lettres de feu: "Danger frontière"

Le chemin mène à la fontaine
Tu voudrais bien remplir ton seau
Arrêtes-toi Marie-Madeleine
Pour eux ton corps ne vaut pas l'eau

Inch'Allah, inch'Allah
Inch'Allah, inch'Allah

Et l'olivier pleure son ombre
Sa tendre épouse son amie
Qui repose sur les décombres
Prisonnière en terre ennemie

Sur une épine de barbelé
Le papillon guète la rose
Les gens sont si écervelés
Qu'ils me répudieront si j'ose

Dieu de l'enfer ou Dieu du ciel
Toi qui te trouve où bon te semble
Sur cette terre d'Israël
Il y a des enfants qui tremblent

Inch'Allah, inch'Allah
Inch'Allah, inch'Allah

Les femmes tombent sous l'orage
Demain le sang sera versé
La route est faite de courage
Une femme pour un pavé

Mais oui j'ai vu Jérusalem
Coquelicot sur un rocher
J'entends toujours ce requiem
Lorsque sur lui je suis penché

Requiem pour six millions d'âmes
Qui n'ont pas leur mausolée de marbre
Et qui malgré le sable infâme
Ont fait pousser six millions d'arbres

Inch'Allah, inch'Allah
Inch'Allah, inch'Allah


INCH'ALLAH
(nouvelle version)

J'ai vu l'Orient dans son écrin
Avec la lune pour bannière
Et je comptais en un quatrain
Chanter au monde sa lumière

Mais quand j'ai vu Jérusalem
Coquelicot sur un rocher
J'ai entendu un requiem
Quand sur lui je me suis penché

Ne vois-tu pas Humble Chapelle
Toi qui murmures paix sur la terre
Que les oiseaux cachent de leurs ailes
Ces lettres de Feu Danger Frontière

Mais voici qu'après tant de haine
Fils d'Ismaël et fils d'Israël
Libèrent d'une main sereine
Une colombe dans le ciel

Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah

Et l'olivier retrouve son ombre
Sa tendre épouse, son amie
Qui reposait sur les décombres
Prisonnière en terre ennemie

Et par dessus les barbelés
Le papillon vole vers la rose
Hier on l'aurait répudié
Mais aujourd'hui, enfin il ose

Requiem pour les millions d'âmes
De ces enfants, ces femmes, ces hommes
Tombés des deux côtés du drame
Assez de sang, Salam, Shalom

Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah, Inch'Allah

 

Salvatore Adamo

 

 

 

 

 

Salvatore nous emmène, tout naturellement avec cette chanson très émouvante " Inch'Allah" vers ce voyage, " en terre promise".

CHA-LOM,  PAIX ET SALUT

 

Le pays d'Israël, est un carrefour de civilisations et de continents, il est aussi "le pays de la bible" et des " patriarches"

N'importe où vous posez les pieds, vous foulez un lieu biblique ou un lieu qui a forgé l'Histoire.

La ville est sainte pour les juifs, depuis que David en fit la première ville de son royaume

 

Elle est sainte pour les chrétiens depuis que Jésus  y fut crucifié.

Elle l'est également pour les musulmans, depuis le jour où Mahomet, s'élevant dans le ciel, laissait derrière lui, l’empreinte de son pied, sur le roc, dans le dôme du Roc (esplanade du temple).

 

Pour les juifs, "le mur des lamentations" vestiges du mur, de l'ancien temple de Salomon, est un endroit sacré.

On l'appelle " mur des lamentations" parce que la nuit, ses pierres se couvrent de rosée et que la légende voulait que cette rosée soit les pleurs, que le mur versait sur le peuple juif.

 

Rien n'est plus émouvant que de se promener, dans les vieilles ruelles de Jérusalem!

Alors vite ! Plus une minute à perdre !


Moïse, et la carte d'Israël

1ère photo : marché de Beersheba, au sud du pays, « le marché des bédouins »

 

2ème photo : ville ancienne de Jéricho: cette ville est considérée comme une des plus anciennes villes  dans le monde. Des archéologues, y découvrirent des vestiges de 9000 ans

 

3ème photo : Le patriarche Moïse



Nous nous embarquons pour cette vile sainte de Jérusalem,



Coquelicot sur un rocher



Nous entrons par " la porte de DAMAS" de la vieille ville. Porte construite par Soliman le magnifique AU 16e siècle

 

 

 



SOURIRES D’ISRAËL : MASADA














Forteresse de Masada: c'est le symbole de la résistance juive, à tous les oppresseurs Forteresse érigée au 1er siècle de notre ère. Elle fut rendue imprenable par Hérode le Grand. Les derniers survivants de la révolte israélite s'y réfugièrent, et résolurent de se donner la mort, plutôt que de se rendre














Jérusalem : son nom signifie Paix, mais hélas !!

1ère photo : Le dôme du " Rocher" esplanade du temple

2e photo: couvent de " la flagellation"  ce couvent se trouve dans le lieu où Jésus a été flagellé, sous l'ordre de Ponce Pilate 

3e photo: C’est moi Mimi, je n'ai pas pu résister au bonheur de m'envoler vers " cette terre promise"

 

Un proverbe juif, nous dit " la vie est un songe, mais je t'en prie ne me réveille pas !"

Aussi, nous essaierons de continuer, notre journal, encore bien longtemps avec notre poète, pour ne pas nous réveiller!

 

Inch’Allah

 

On continue Isis !  


Partager cet article
Repost0