26 avril 2009 7 26 /04 /avril /2009 08:42

 

Mais qu’est-ce que je vois ? Isis, que t’es-t-il arrivé ?







http://users.skynet.be/sacre-de-birmanie-de-Koyasan/Magritte5bis.jpg




Ben rien, pourquoi ?

Ta tête ! Elle est toute colorée ! Tu as reniflé quelques fleurs ?

Comment ça ma tête est toute colorée ?

Oui Isis, c’est comme ci tu avais fait un feu d’artifice et que ça avait mal tourné.

C’est le mois de Mai, tu sais bien Brunette, on est tous un peu fou, paraît-il !

Là tu as raison, Isis, Magritte l’a bien compris avec ses amoureux dans le lilas.







http://blogsimages.skynet.be/images_v2/002/554/949/20070114/dyn004_original_361_537_pjpeg_2554949_6e50d6566fcf443ad828d619640d43e2.jpg



Et Salvatore aussi, il le dit dans sa chanson « Nous » dans l’île aux coquelicots :

 

« Nous, c’est un peu fou,

C’est gris, c’est bleu,

C’est arc en ciel,

Nous c’est bon, c’est doux,

C’est un baiser au goût de miel.

Nous, c’est un peu fou,

Ça pleure et ca rit aux éclats,

Nous c’est malgré tout

La fête qui n’en finit pas. »









Et voilà Salvatore, on ne peut pas parler de toi, aussitôt tu accordes quelques notes !

Ici, c’est Laura qui vient de te surprendre.

Voici que les nues nous proposent un regard dans l’atelier de Gérard Deligny, artiste peintre que Salvatore apprécie beaucoup.

Ce beau tableau printanier nous embarque en glissant au fil de l’eau, et il semble entendre ce violon entourer l’air de ses notes.



Romantic Violin 1

http://www.youtube.com/watch?v=PqmxgqTObrc













Au pays d’Apollinaire, un peu plus au sud-est de chez Gérard

Mai

    Le mai le joli mai en barque sur le Rhin
    Des dames regardaient du haut de la montagne
    Vous êtes si jolies mais la barque s'éloigne
    Qui donc a fait pleurer les saules riverains

    Or des vergers fleuris se figeaient en arrière
    Les pétales tombés des cerisiers de mai
    Sont les ongles de celle que j'ai tant aimée
    Les pétales flétris sont comme ses paupières

    Sur le chemin du bord du fleuve lentement
    Un ours un singe un chien menés par des tziganes
    Suivaient une roulotte traînée par un âne
    Tandis que s'éloignait dans les vignes rhénanes
    Sur un fifre lointain un air de régiment

    Le mai le joli mai a paré les ruines
    De lierre de vigne vierge et de rosiers
    Le vent du Rhin secoue sur le bord les osiers
    Et les roseaux jaseurs et les fleurs nues des vignes

Guillaume Apollinaire (1880 - 1918)

http://www.toutelapoesie.com/poemes/apollinaire/mai.htm



Et, avant l’actuelle exposition des toiles  de Gérard –allez voir sur le blog de Mimi- j’ai su par mon amie Mireille que mon second frère Christian parlait avec cette gracieuse dame, Jenny, que vous connaissez et qui aime énormément Salvatore 






Voici un petit présent pour vous chère Jenny









Mais que fait Salvatore pendant ce temps ?







Il est perplexe !

On le voit sur cette photo de Mireille à Ostende, on vient de lui offrir un cadeau et de lui demander :

Que vas-tu nous interpréter pour ce mois de mai ?

Bien sûr une superbe chanson d’amour - il en a le secret, et l’embarras du choix -

Et bien non !

Il nous en a déjà interprété une au début de l’article, ça suffit, dit-il.

Il choisit plutôt un peu d’humour et de légèreté en compagnie de Julien Doré : Laisse mes mains sur tes hanches









Mois de contradictions, où il est bon d’offrir des fleurs, mais point trop, où certains offrent leur cœur, aussitôt renvoyé par l’ascenseur ! C’est aussi ça le mois de mai.

Jean Ferrat nous explique 




Le malheur d'aimer  Jean Ferrat

Que sais-tu des plus simples choses
Les jours sont des soleils grimés
De quoi la nuit rêvent les roses
Tous les feux s'en vont en fumée
Que sais-tu du malheur d'aimer…


…Je t'ai cherchée à la fenêtre
Les parcs en vain sont parfumés
Où peux-tu où peux-tu bien être
A quoi bon vivre au mois de mai
Que sais-tu du malheur d'aimer…

Jean Ferrat










Edith Piaf chante également pour l’occasion :

 

 Edith Piaf - Amour Du Mois De Mai

Amour du mois de mai
Tu sens bon le bonheur
Léger comme un bleuet
Tu fleuris dans nos cœurs

Dans les prés, sur les quais
Dansent les amoureux…

 

Et Salvatore, lui s’entoure d’adami-e-s à qui il offre beaucoup d’attention







Photo de Maria à Bruges












Photo de Maria à Ostende où l’on reconnait un fervent admirateur de Salvatore, Guy.




Voici que le voyage s’achève, venant de nuées qui nous redéposent doucement sur terre.








http://mobilome.files.wordpress.com/2007/10/nuages-sur-montagne.jpg




Cette promenade de liberté, vous pouvez la prolonger en vous asseyant ici









… Ou là, selon vos goûts,








Et écouter vos cd qui permettent d’entretenir dans le cœur, le trésor de la poésie alliée à la musique.




Un dernier cadeau avant de se quitter, Ptite Marie du forum de Bernard a ouvert un musée en l’honneur de Salvatore avec la participation très active de notre ami Alain,

En allant sur le forum officiel vous aurez davantages de précisions.

Un dernier petit tour juste pendant “le temps des roses”

 

http://www.youtube.com/watch?v=aTVproDkxFk&NR=1











Je vous donne rendez-vous en juin prochain..

 

Bon mois de mai !

 






Quelques précieux liens :

 

http://www.calcoen-mireille.com/

http://salvatoreadamo.leforum.eu/index.php

http://mooseur.free.fr/biographie.php

http://benabar.xooit.fr/index.php

 

 

Brunette.



Partager cet article
Repost0