12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 06:47

 

 

 

adamo Mol1

 

                                                 ( Concert à Mol en Belgique)

 

Maintenons la chaleur amicale, pour revenir très vite vers vous

 

Maria& ses amies

 

 

 

Car il semble que cet hiver, un peu précoce, veuille s’incruster et chaque jour un peu plus froid ou un peu plus neigeux, s’impose à nous et nous oblige à composer avec le temps,

Cependant,

 

 

 Sport en chambre PTH Sport en chambre PTH

 

 

 

 

 

 

Comme disaient les Chinois
Et sans doute les Perses
Il n'y a pas de loi
Qu'une chanson ne renverse

(Alice) Salvatore Adamo

 

 

 

Et voilà après cette vidéo, nul doute,

Mais pour prolonger la thérapie, plongeons-nous quelques instants dans de beaux souvenirs d’été au soleil de l’Italie

 

 

 

 

 

 

 

 

Commençons par un soleil couchant

 

coucher de soleil italie 

 

 

 

Allons faire un tour du côté des vignes de Pompéi, cultivées dans les règles de l’art ancestral

 

 

vignes à Pompéi 

 

 

 

Et puis regardons aux bords des chemins tous les fruits qui ne laissent pas oublier la générosité de la nature

 

 

Grenades au bord du chemin à Paestum 

 

 

 

 

Et plutôt de que de faire place à la nostalgie, gageons d’ajouter ces belles heures dans notre boite à souvenirs

 

                                                                         

 

… »J'ai dans ma boîte à souvenirs
De quoi rêver, de quoi tenir
Une autre vie
Un vrai florilège, d'instants pris au piège
De farandoles et de manèges
Et des amis
Et du soleil pour les hivers à venir »…

(La boîte à souvenirs) Salvatore Adamo

 

                                                … « Et du soleil pour les hivers à venir »…

 

hiver de Frizou

 

 

Justement je me souviens qu’il y a peu un ami me rappelait cette fable :

« C'était l'hiver le plus froid jamais vu. De nombreux animaux étaient morts en raison du froid. Les porcs-épics, se rendant compte de la situation, avaient décidé de se regrouper.

De cette façon ils se couvraient et se protégeaient eux-mêmes ; mais, les piquants des porcs-épics de chacun blessaient leurs compagnons les plus proches, même s'ils se donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres. Après un certain temps, ils ont décidé de prendre leur distance l'un de l'autre et ils ont commencé à mourir, seuls et congelés.

Alors, ils devaient faire un choix : accepter les piquants de leurs compagnons ou disparaître de la terre. Sagement, ils ont décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble.

De cette façon, ils ont appris à vivre avec les petites blessures causées par l'étroite relation avec leurs compagnons, mais la partie la plus importante, était la chaleur qui venait des autres. De cette façon, ils ont pu survivre.

 La meilleure relation n'est pas celle qui rassemble les gens parfaits, mais le mieux est quand chacun apprend à vivre avec les imperfections des autres et on peut y découvrir et admirer les bonnes qualités des autres personnes. »

La fable du porc-épic -Arthur Schopenhauer-

 

 

                                                                                     Frizou.org

 

 

 

Et de cette façon, il arrive que les sentiers de neige soient des sentiers bénis :

 

sentier enneigé

 

 

 

Le sentier de neige courant la vallée
Où dansent en cortège des sapins gelés
Est resté bien sage témoin d'un baiser
Que sur ton visage je t'avais volé

Les flocons de neige couvrant tes cheveux
Et la lune claire nous rendaient heureux
Je t'ai dit je t'aime dans la paix des bois
La neige en poème fondait sous nos pas

Ce sentier de neige si pur et si doux
Depuis protège notre amour jaloux
Je t'ai dit je t'aime dans la paix des bois
La neige en poème fondait sous nos pas

Ce sentier de neige si pur et si doux
Depuis protège notre amour jaloux
Je t'ai dit je t'aime dans la paix des bois
La neige en poème fondait sous nos pas

Oum, oum, oum etc.

 

 

 

 

 

Parfois, malencontreusement :

 

 

 

                                                               

 

 

 En hiver la terre pleure

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendez-vous.

Leurs idylles sont moroses.
- Soleil ! Aimons ! - Essayons.
O terre, où donc sont tes roses ?
- Astre, où donc sont tes rayons ?

Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : - C'est la nuit, ma belle ! -
Et la fait en s'en allant ;

Comme un amant qui retire
Chaque jour son cœur du nœud,
Et, ne sachant plus que dire,
S'en va le plus tôt qu'il peut.

 

 

Victor HUGO   (1802-1885)

 

 

mains

 

 

 

 

… « Vers toi que j’avais plantée là
Un amour trahi sur les bras
Toi qui aurais pu choisir l’indifférence
Toi qui es prête à caresser
La main qui un jour t’a blessée
Toi qui veux bien m’laisser une dernière chance »…

(Je reviens) Salvatore Adamo

 

 

 

Prolongeons notre promenade en « hiver sentimental »

 

 

 paysage de neige encadré

 

 

 

 

Hiver sentimental

Loin des vitres ! clairs yeux dont je bois les liqueurs,
Et ne vous souillez pas à contempler les plèbes.
Des gels norvégiens métallisent les glèbes,
Que le froid des hivers nous réchauffe les cœurs !

Tels des guerriers pleurant les ruines de Thèbes,
Ma mie, ainsi toujours courtisons nos rancœurs,
Et, dédaignant la vie aux chants sophistiqueurs,
Laissons le bon Trépas nous conduire aux Erèbes.

Tu nous visiteras comme un spectre de givre ;
Nous ne serons pas vieux, mais déjà las de vivre,
Mort ! que ne nous prends-tu par telle après-midi,

Languides au divan, bercés par sa guitare,
Dont les motifs rêveurs, en un rythme assourdi,
Scandent nos ennuis lourds sur la valse tartare !

Emile NELLIGAN   (1879-1941)

 

 

Et l’hiver sentimental qui peut-être  : "souvenir", des hivers écoulés, de notre jeunesse

 

les hivers d'autrefois

 

 

                                                                                     1Hiverdautrefois 1Hiverdautrefois  

 

 

 

 

Le passé à ceci d’avantageux, c’est de nous émouvoir, alors que nous pensons toujours que « c’était bien -en ce temps là- » !

Il est vrai que parfois ces jours étaient de beaux jours, et Salvatore a repris cette magnifique chanson qui fait cette référence au passé : « Jours de lumière » en compagnie de Christophe

 

 

00602527531663

 

 

 

 

 

 

 

salvatore adamo et christophe 

 

 

 

 

… « Comme avant, comme avant
En ces jours de lumière
J’aimerais tant retrouver
Les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires
En ces jours de lumière »…

(Jours de lumière) Salvatore Adamo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et j’aime à penser que notre réunion nous permet, malgré nos différences et les blessures que parfois nous infligeons bien involontairement, ou qui d’autres fois nous sont faites, de nous animer le cœur, ou même l’âme malgré l’air glacial de l’hiver

Je remercie toutes les personnes qui participent à la création de ces articles

Les extraits des chansons de Salvatore Adamo proviennent de son nouveau CD « de toi à moi »

 

Juste avant de vous quitter, je vous propose d'imaginer ceci :

 

 

 Brunette

 

 

                                            

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BRUNETTE