24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 08:47

 

 

 

 

 

petit-d-jeuner-n-15-66a50a

 

 

 

Sur la terrasse ensoleillée, je vous propose de vous installer en notre compagnie, de se laisser vivre cet été en suivant à nouveau les chemins où nous mènent le rêve, les chansons, les poètes, l’adamitié, le soleil, les fleurs, les projets mêlés aux souvenirs, bien sûr, beaucoup de miel, doux, aux rayons d’or parfumés

Mais ! Qui a-t-il dans la tasse de Laura ?

 

Laura Un « expresso » à notre façon : un « café Adamo »…

 

 

Image29

Cependant, ce n’est pas encore l’heure d’aller au « Zanzibar », ni « au café du temps perdu », çà, ce sera pour le soir

 

 

Revenons à notre petit déjeuner de rêve, car il n’y a qu’en Italie que l’on en fait de tels

On peut tout de suite l’accompagner d’une chanson de Salvatore, tous les adamis vous le diront : il n’y a pas d’heure pour l’écouter

http://www.youtube.com/watch?v=L5rGZlsnnGo

 

J'AI TROUVÉ UN ÉTÉ

J'ai trouvé un été
Aux ailes de Provence
Prêt à te réchauffer
Donnes-lui une chance

J'ai trouvé un été
Qui peut si tu l'appelles
Dérouler à tes pieds
Les plages les plus belles

Si tu l'appelles amour il t'aimera
Il sera cheval fou et t'emportera
Plus loin que l'infini et tu verras
Je serai là

Appelles-le soleil il brillera
Appelles-le tendresse il te bercera
Appelles-le bonheur mais tout bas, tout bas
Et tu verras, je serai là

J'ai trouvé un été
Un miroir pour ton âme
Qui saura te guider
Dans ton rêve de femme

J'ai trouvé un été
Qui t'offre à domicile
Le bleu immensité
Et la magie des îles…

J'ai trouvé un été...

 

Salvatore Adamo

Image2

C’est tellement magnifique, de commencer sa journée de cette façon et de se sentir emporté sur ces vagues que forment les nuages dans le ciel, l’air imprégné de notes de musique

 

Mêlons, comme j’aime à le faire, le réel et l’irréel, le vécu et l’avenir, réunissons les lieux si éloignés soient-ils, en un court instant, le temps d’un souffle ou d’une pensée

Les vagues bercées de musique,  nous conduisent sur cette plage de Copacabana près de laquelle vit notre amie Tania

Image11 

 

Tania est une grande admiratrice de Salvatore Adamo, elle aime chanter ses chansons, et je sais aussi que cette photo lui fera très plaisir, comme à nous tous d'ailleurs

 Image9

Image10 

Faisons le voyage jusqu’à toi Tania, nous sommes certains que personne ne s’égarera en chemin. 

Nous nous laisserons mener par un des bateaux du port, peints par notre ami Gérard Deligny, pour la plus grande joie de nos yeux

bateaux-par-Gerard.png 

« Voyage jusqu’à toi » avec quelques uns des mots que Salvatore emploie

Voyage jusqu'à toi

-Tu es assise devant moi et j'essaie
De trouver ta trace
Toi qui t'égares à nous chercher
Je ne sais sous quels cieux
Et pour arriver jusqu'à toi
Je traverse des mers de glace
Finalement je t'aperçois là-bas
Tout au fond de tes yeux

Là-bas où tu vis en été
Là-bas où tu m'as oublié
Qu'il est long le voyage jusqu'à toi !
Qu'il est long le voyage, attends-moi !…

 Salvatore Adamo

Tania, tu admires la mer près de chez toi, mais puisque ton père est né en Belgique, viens avec nous et regardons ce qu’il y a ici autour de la maison en été

 

Autour de ma maison

Pour vivre clair, ferme et juste,
Avec mon cœur, j'admire tout
Ce qui vibre, travaille et bout
Dans la tendresse humaine et sur la terre auguste…


 

…Mais voici l'ombre et le soleil sur le jardin
Et des guêpes vibrant là-bas, dans la lumière ;
Voici les longs et clairs et sinueux chemins
Bordés de lourds pavots et de roses trémières ;
Aujourd'hui même, à l'heure où l'été blond s'épand
Sur les gazons lustrés et les collines fauves,
Chaque pétale est comme une paupière mauve
Que la clarté pénètre et réchauffe en tremblant.
Les moins fiers des pistils, les plus humbles des feuilles
Sont d'un dessin si pur, si ferme et si nerveux
Qu'en eux
Tout se précipite et tout accueille
L'hommage clair et amoureux des yeux….



 

Émile VERHAEREN   (1855-1916)

 

 

Pendant ces vacances nous pourrions retourner sur ses pas justement,  puisque le musée Verhaeren rouvre ses portes à Roisin

http://www.myspace.com/emileverhaerenaroisin

Vous pourriez visiter la maison du poète,

 

Image7 

Admirer quelques tableaux,

 

 

 

  Emile-V.png

 

 

 

 

Dont ce magnifique portrait d’Emile Verhaeren

 

Vous promener dans les bois environnants, superbe nature qui inspire les âmes sensibles

 

 

Le ruisseau de mon enfance

Parle-moi de mon enfance, mon vieux ruisseau
Du temps où coulait ma chance au fil de ton eau

Parle-moi des doux délires de mes tendres années
Les bleuets qui les fleurirent sont-ils a jamais fanés

Parle-moi de ces dimanches où je venais te confier
En timide voile blanche, mes rêves de papier

Parle-moi tant que j'y pense de mon premier amour
Il était tout innocence, a-t-il duré toujours ?

Parle-moi de mon enfance, mon vieux ruisseau
Du temps où coulait ma chance au fil de ton eau

Coule coule mon enfance au fil du souvenir
C'est un jeu perdu d'avance que de la retenir …

Salvatore Adamo

   Roisin a4

 

 

Le chant de l’eau

 

L'entendez-vous, l'entendez-vous
Le menu flot sur les cailloux ?
Il passe et court et glisse
Et doucement dédie aux branches,
Qui sur son cours se penchent,
Sa chanson lisse.

Là-bas,
Le petit bois de cornouillers
Où l'on disait que Mélusine
Jadis, sur un tapis de perles fines,
Au clair de lune, en blancs souliers,
Dansa ;
Le petit bois de cornouillers
Et tous ses hôtes familiers
Et les putois et les fouines
Et les souris et les mulots
Ecoutent
Loin des sentes et loin des routes
Le bruit de l'eau…

 

Emile Verhaeren

 

 

 

Un autre musée nous attend cet été, le musée de la chanson, à Nantes :

 http://museedelachanson.free.fr/page_presentation_projet.htm#Haut_page_3

http://museedelachanson.free.fr/club_des_amis_du_musee1.htm

 

Marie a imaginé y rendre hommage à Salvatore Adamo, elle a fort bien réussi,

La voici entourée de quelques adamis lors du passage de Salvatore à l'Olympia

Image21

 

 

Marie chante assurément fort bien, les chansons de Salvatore, et vous pouvez la retrouver sur son blog  http://www.marieanima.fr

http://www.marieanima.fr/#/Video

 

La nature nous offre de suivre le chemin des « pas de Verhaeren »,  un peu plus au nord, elle ouvre le chemin de fleurs du beau pays de hollande

Maria, charmante adamie nous fait revivre quelques heures de pur bonheur, qu’elle a passé en famille au printemps dernier, et accompagnons-la sur ce tapis rouge naturel

 

Image18 

 

 

 

Des fleurs à perte de vue, qui ne font pas le moins du monde d’ombre au fils de Maria

 

Image19 

 

 

 

Des fleurs qui peuvent nous conduire jusqu’aux moulins, dont le charme et le mystère demeurent à jamais

 

 

Image20 

 

 

 

La voix du vieux moulin

 

Près de la Sédelle qui chante
Suivant un rythme régulier
J'écoute, en sa besogne ardente
Du moulin les bruits familiers.

Homme et cheval plein de courage
S'en vont sur d'arides chemins
Pour charger dans chaque village
Le lourd chariot de bons grains.

Le Meunier fera la farine
Avec le blé des paysans
Pour que cuise en l'humble chaumine
Le pain doré tout croustillant.

Ainsi chaque jour, sans relâche
Suivant un rythme régulier
S'accomplit une noble tâche
Dans l'amour de ce beau métier.

Mais comme tout change en ce monde,
Le vieux moulin devra mourir,
Et sa tendre musique, à la ronde,
Ne sera plus qu'un souvenir.

 

Maurice Pasty

 

 

 

 

Je vous quitte quelques instants, le temps, d’ouvrir la porte à d’autres adamis qui viennent nous accompagner pour ce petit déjeuner

Brunette   

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BRUNETTE