7 avril 2009 2 07 /04 /avril /2009 10:54

LE PRINTEMPS


http://sandreylla.s.a.pic.centerblog.net/qxgxsrtw.png




On aimerait en voir plus souvent. De vraies, belles colombes, oiseaux sans fiel !

Mais, elles sont les bienvenues, qu’elles soient réelles, en images, en chansons, en rêve, d’où qu’elles viennent, ici on leur ouvre les bras.






http://www.oiseau-libre.net/Photos/CAV/HirondellesRust_juv_CAV.jpg




Si les colombes annoncent la paix, les hirondelles, elles, annoncent le printemps !

Ne sont-ils pas merveilleux ces êtres extraordinaires qui nous informent du retour de ce beau printemps, signe que tout va renaître ?

Intelligente nature, qui malgré les traces de ces maltraitances humaines, continue, belle, calme, imperturbable, toujours plus surprenante, et en grande humilité à nous offrir le meilleur d’elle-même. –jusque quand ?-

Alors voici que les arbres qui s’étaient paradoxalement déshabillés pour passer l’hiver, nous offrent les plus belles parades de leurs fleurs, parures fragiles et éphémères jamais démodées !





http://romaric77.fond-ecran-image.com/blog-photo/files/2008/09/fleurs-de-prunier.jpg



Et les poètes et écrivains, connus ou non, qui regardent toujours plus fascinés ce don interminablement renouvelé de la nature, non rancunière ; les voilà, ils seront à nouveau inspirés pour la remercier ou la glorifier de tant de beauté et de générosité.

Enchantement !

Parlant d’enchantement, j’aimerais partager avec vous en plus de ces images et de ces mots, quelques chansons et poésies qui nous parlent du printemps, de la renaissance,  et de tous les sentiments qui peuvent venir se greffer dans notre esprit, notre cœur, à cause de ce que ce printemps évoque en nous, des souvenirs qu’il éveille aussi.

Que nous proposent nos chanteurs et poètes ?





Photo que nous offre Maria – Salvatore à Barcelone -

 

QUAND LE PRINTEMPS REVIENT

Et quoi qu'on dise, tout s'oublie
Même les départs qui chavirent une vie
Chacun sa route... droit devant
Même si par instants
Je m'attarde au tournant
Et j'ai rencontré la solitude...
On s'est aimés... on ne s'est plus quittés

Mais quand le printemps revient
Ça me fait quelque chose
Comme si la vie se réveillait en moi
Ça me fait mal, ça me fait du bien
De voir chaque rose
Refleurir en souvenir de toi

Je suis même plus triste... je suis différent
Je profite des choses que je voyais pas avant
Un chien qui passe... un arbre mort
Un enfant qui joue... un clochard qui dort
Je vire du noir au gris... je vais beaucoup mieux
Un petit siècle encore... et je verrai du bleu

Mais quand le printemps revient
Ça me fait quelque chose
Comme si la vie se réveillait en moi
Ça me fait mal, ça me fait du bien
De voir chaque rose
Refleurir en souvenir de toi
Refleurir en souvenir de toi
De toi

Salvatore Adamo






Jeune, j’avais découvert ce court poème de Lamartine, belle éloge à la nature et que je ne cesse d’apprécier :

Le Papillon


Naître avec le printemps, mourir avec les roses,
Sur l’aile du zéphyr nager dans un ciel pur,
Balancé sur le sein des fleurs à peine écloses,
S’enivrer de parfums, de lumière et d’azur,
Secouant, jeune encor, la poudre de ses ailes,
S’envoler comme un souffle aux voûtes éternelles,
Voilà du papillon le destin enchanté!
Il ressemble au désir, qui jamais ne se pose,
Et sans se satisfaire, effleurant toute chose,
Retourne enfin au ciel chercher la volupté !






La fin de l’hiver, les papillons d’or, les belles fées, tout cela Félix Leclerc nous en fait une douce chanson qui nous accompagne en promenade dans les champs !

 

Felix Leclerc- L'hymne au printemps








Hugues Aufrey nous entraîne joyeusement vers ce printemps !

Dès que le printemps revient Hugues Aufrey :





Quant à Alain, il chante Adamo, et j’ai grand plaisir à vous proposer de l’écouter ici, chanson grave, de « l’Adamo » tout pur, et ambiance particulière du petit enfant enjoué et attentif à son grand-père.

Petit homme au printemps de la vie écoute avec nous :

Paroles de la chanson: Enfant mon ami

Enfant mon ami
Le ciel est bleu quand tu souries
Mais aujourd'hui dans tes yeux gris
Coule la pluie

Enfant à quoi bon
Ce n'était qu'un soldat de plomb
Qui n'avait même pas de nom
Même pas de nom

Ce n'est pas vrai tu sais
Ce n'est pas vrai tu sais
Ton soldat n'est pas allé
Mourir à la guerre
Ce n'est pas vrai tu sais
Il reviendra tu sais
Et que le grand...qui t'a menti
Aille en enfer

Allons donc,
La guerre n'est qu'une vieille fable
Allons donc,
l'homme d'aujourd'hui n'est plus capable
D'écraser la petite fleur de l'innocence
Sous les bottes de la puissance
L'homme est un animal qui pense

Enfant, c'est certain
Ton soldat est un petit malin
Il est allé mine de rien
Retrouver celle qu'il aime bien

Enfant petit homme
Quoi de plus naturel en somme
Qu'il soit passé au champ d'honneur
Pour y cueillir des petites fleurs
Des petites fleurs....

Salvatore ADAMO






Bien souvent lorsqu’on se promène au printemps, dans la nature, que l’on s’attarde à écouter ce que nous enseignent les arbres, les fleurs, les oiseaux et tout autre vie qui entoure on peut entendre comme des musiques, des bruits enchanteurs, que nous humains nous transposons sur nos harpes, guitares et pianos :

La valse du printemps égaré harp/harpe :

 

 

L'Hymne au printemps Félix Leclerc Arr Claude Sirois :

 

CZIFFRA - Mendelssohn Op. 62 nº 5 -Chant du Printemps (from 'Lieder ohne Worte') :

 

PRINTEMPS ET ROMANCE - au piano Emile LELOUCH




Enfin, puisque nous arrivons à la fin de cet article, je vous offre un extrait de poésie qui sacre le printemps :

 

http://www.poesies.net/bernarddeloceanmouvementetimmobiliteextraits.txt

 

 

 EXTRAITS DE MOUVEMENTS ET IMMOBILITÉS. 

 

 

Le Sacre Du Printemps.

 

I

Sous un soleil étrange et sombre,

L'obscurité pâle de l'ombre

Fait croître dans d'obscurs sommeils,

Une flamme, qui peu à peu,

Immense de nuit et de feu,

Ouvre d'éblouissant vermeils.

 

II

Et  sur le ciel d'azur et d'or

Dans un resplendissant essor

En couleur pourpre de lumière,

En songe d’immobilité,

L'Etrange d'ombre et de clarté

Conçois la déesse de pierre,

 

III

Qui dans la brume d'un nuage

Sur l'ascension qui d’âge en âge

En crescendo universel,

De la matière consumée

exhale ineffable pensée,

Un intérieur spirituel…

 

 

 Bernard De L'Océan (21ème siècle)

 

 

 

Et pour terminer, et vous laisser rêver, écoutons Salvatore, qui nous conseille sur ce que l’on doit faire au printemps :


Salvatore Adamo - Frappe à La Porte Du Bonheur (1978)






Et c’est ce que font nos amies Junny, du Chili, Mercédès d’Espagne ici à Uccles !

Merci à Maria pour ces belles photos







 



 







Voici que je vous quitte, à très bientôt et merci de m’avoir lu, d’avoir partagé ces quelques instants avec moi, dans mes nuages…

Brunette.



Partager cet article
Repost0