12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 06:47

 

 

 

adamo Mol1

 

                                                 ( Concert à Mol en Belgique)

 

Maintenons la chaleur amicale, pour revenir très vite vers vous

 

Maria& ses amies

 

 

 

Car il semble que cet hiver, un peu précoce, veuille s’incruster et chaque jour un peu plus froid ou un peu plus neigeux, s’impose à nous et nous oblige à composer avec le temps,

Cependant,

 

 

 Sport en chambre PTH Sport en chambre PTH

 

 

 

 

 

 

Comme disaient les Chinois
Et sans doute les Perses
Il n'y a pas de loi
Qu'une chanson ne renverse

(Alice) Salvatore Adamo

 

 

 

Et voilà après cette vidéo, nul doute,

Mais pour prolonger la thérapie, plongeons-nous quelques instants dans de beaux souvenirs d’été au soleil de l’Italie

 

 

 

 

 

 

 

 

Commençons par un soleil couchant

 

coucher de soleil italie 

 

 

 

Allons faire un tour du côté des vignes de Pompéi, cultivées dans les règles de l’art ancestral

 

 

vignes à Pompéi 

 

 

 

Et puis regardons aux bords des chemins tous les fruits qui ne laissent pas oublier la générosité de la nature

 

 

Grenades au bord du chemin à Paestum 

 

 

 

 

Et plutôt de que de faire place à la nostalgie, gageons d’ajouter ces belles heures dans notre boite à souvenirs

 

                                                                         

 

… »J'ai dans ma boîte à souvenirs
De quoi rêver, de quoi tenir
Une autre vie
Un vrai florilège, d'instants pris au piège
De farandoles et de manèges
Et des amis
Et du soleil pour les hivers à venir »…

(La boîte à souvenirs) Salvatore Adamo

 

                                                … « Et du soleil pour les hivers à venir »…

 

hiver de Frizou

 

 

Justement je me souviens qu’il y a peu un ami me rappelait cette fable :

« C'était l'hiver le plus froid jamais vu. De nombreux animaux étaient morts en raison du froid. Les porcs-épics, se rendant compte de la situation, avaient décidé de se regrouper.

De cette façon ils se couvraient et se protégeaient eux-mêmes ; mais, les piquants des porcs-épics de chacun blessaient leurs compagnons les plus proches, même s'ils se donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres. Après un certain temps, ils ont décidé de prendre leur distance l'un de l'autre et ils ont commencé à mourir, seuls et congelés.

Alors, ils devaient faire un choix : accepter les piquants de leurs compagnons ou disparaître de la terre. Sagement, ils ont décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble.

De cette façon, ils ont appris à vivre avec les petites blessures causées par l'étroite relation avec leurs compagnons, mais la partie la plus importante, était la chaleur qui venait des autres. De cette façon, ils ont pu survivre.

 La meilleure relation n'est pas celle qui rassemble les gens parfaits, mais le mieux est quand chacun apprend à vivre avec les imperfections des autres et on peut y découvrir et admirer les bonnes qualités des autres personnes. »

La fable du porc-épic -Arthur Schopenhauer-

 

 

                                                                                     Frizou.org

 

 

 

Et de cette façon, il arrive que les sentiers de neige soient des sentiers bénis :

 

sentier enneigé

 

 

 

Le sentier de neige courant la vallée
Où dansent en cortège des sapins gelés
Est resté bien sage témoin d'un baiser
Que sur ton visage je t'avais volé

Les flocons de neige couvrant tes cheveux
Et la lune claire nous rendaient heureux
Je t'ai dit je t'aime dans la paix des bois
La neige en poème fondait sous nos pas

Ce sentier de neige si pur et si doux
Depuis protège notre amour jaloux
Je t'ai dit je t'aime dans la paix des bois
La neige en poème fondait sous nos pas

Ce sentier de neige si pur et si doux
Depuis protège notre amour jaloux
Je t'ai dit je t'aime dans la paix des bois
La neige en poème fondait sous nos pas

Oum, oum, oum etc.

 

 

 

 

 

Parfois, malencontreusement :

 

 

 

                                                               

 

 

 En hiver la terre pleure

En hiver la terre pleure ;
Le soleil froid, pâle et doux,
Vient tard, et part de bonne heure,
Ennuyé du rendez-vous.

Leurs idylles sont moroses.
- Soleil ! Aimons ! - Essayons.
O terre, où donc sont tes roses ?
- Astre, où donc sont tes rayons ?

Il prend un prétexte, grêle,
Vent, nuage noir ou blanc,
Et dit : - C'est la nuit, ma belle ! -
Et la fait en s'en allant ;

Comme un amant qui retire
Chaque jour son cœur du nœud,
Et, ne sachant plus que dire,
S'en va le plus tôt qu'il peut.

 

 

Victor HUGO   (1802-1885)

 

 

mains

 

 

 

 

… « Vers toi que j’avais plantée là
Un amour trahi sur les bras
Toi qui aurais pu choisir l’indifférence
Toi qui es prête à caresser
La main qui un jour t’a blessée
Toi qui veux bien m’laisser une dernière chance »…

(Je reviens) Salvatore Adamo

 

 

 

Prolongeons notre promenade en « hiver sentimental »

 

 

 paysage de neige encadré

 

 

 

 

Hiver sentimental

Loin des vitres ! clairs yeux dont je bois les liqueurs,
Et ne vous souillez pas à contempler les plèbes.
Des gels norvégiens métallisent les glèbes,
Que le froid des hivers nous réchauffe les cœurs !

Tels des guerriers pleurant les ruines de Thèbes,
Ma mie, ainsi toujours courtisons nos rancœurs,
Et, dédaignant la vie aux chants sophistiqueurs,
Laissons le bon Trépas nous conduire aux Erèbes.

Tu nous visiteras comme un spectre de givre ;
Nous ne serons pas vieux, mais déjà las de vivre,
Mort ! que ne nous prends-tu par telle après-midi,

Languides au divan, bercés par sa guitare,
Dont les motifs rêveurs, en un rythme assourdi,
Scandent nos ennuis lourds sur la valse tartare !

Emile NELLIGAN   (1879-1941)

 

 

Et l’hiver sentimental qui peut-être  : "souvenir", des hivers écoulés, de notre jeunesse

 

les hivers d'autrefois

 

 

                                                                                     1Hiverdautrefois 1Hiverdautrefois  

 

 

 

 

Le passé à ceci d’avantageux, c’est de nous émouvoir, alors que nous pensons toujours que « c’était bien -en ce temps là- » !

Il est vrai que parfois ces jours étaient de beaux jours, et Salvatore a repris cette magnifique chanson qui fait cette référence au passé : « Jours de lumière » en compagnie de Christophe

 

 

00602527531663

 

 

 

 

 

 

 

salvatore adamo et christophe 

 

 

 

 

… « Comme avant, comme avant
En ces jours de lumière
J’aimerais tant retrouver
Les parfums oubliés
Des bonheurs ordinaires
En ces jours de lumière »…

(Jours de lumière) Salvatore Adamo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Et j’aime à penser que notre réunion nous permet, malgré nos différences et les blessures que parfois nous infligeons bien involontairement, ou qui d’autres fois nous sont faites, de nous animer le cœur, ou même l’âme malgré l’air glacial de l’hiver

Je remercie toutes les personnes qui participent à la création de ces articles

Les extraits des chansons de Salvatore Adamo proviennent de son nouveau CD « de toi à moi »

 

Juste avant de vous quitter, je vous propose d'imaginer ceci :

 

 

 Brunette

 

 

                                            

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BRUNETTE
28 juillet 2010 3 28 /07 /juillet /2010 14:34

   

Avez-vous remarquez que ce qui est « pratique » avec le rêve dans notre vie, c’est que quelques jours plus tard, nous pouvons poursuivre notre petit déjeuner sans problème ?

Le café « Adamo » reste chaud, fin prêt pour préparer notre promenade, ensemble !

Installons-nous un peu plus loin sur la terrasse

 

 

petit dej 2

 

 

Mais auparavant, il faut que j’ouvre la porte aux adamis qui arrivent…

Voici Maurice qui arrive les bras chargés de cadeaux que l’on accrochera sur notre mas de cocagne cet après-midi ; mais ce cadeau-ci, ouvrons le tout de suite, n’attendons surtout pas le plein hiver pour se chauffer le cœur au soleil, car un jour c’est trop tard

Alors regardons « le monde avec ses yeux »

 

http://www.youtube.com/watch?v=SdosZQVGXeo

 

 

 

Un Amour De Cocagne

Savoir que vient l'hiver et dessiner un soleil
Dans un ciel gris qui pleure neige
Tu m'as donné le privilège
De voir le monde avec tes yeux

{Refrain:}
Tu m'as donné, mon amour,
Un amour de cocagne
Mêlant mes rêves à ma vie
Tu m'as appris, mon amour,
A sauter les montagnes
Et je te dis merci

Tu m'as sauvé du vide
Je t'aime et tu me guides
Tous mes bonheurs, je te les dois
Toutes ces choses que mes yeux voient
Mais que mes mains ne peuvent retenir

{au Refrain, x2}
Merci, merci, merci, merci, merci

Salvatore Adamo

 

 

Image22

 

 

 

 

 Et puis, voici Alain qu’il fait bon avoir pour ami

 

 

Alain 

 

 

 

Qui chante avec enthousiasme dès le matin, les chansons de Salvatore

 

Petit camarade

 

Quand tu portais encore des tresses
Dans la fraîcheur de tes quinze ans
Nous ne vivions que de promesses
Mais maintenant, c'est différent

Je t'ai connue toute ingénue
Il n'y avait que toi et moi
Nous vivions par-dessus les nues
Mais tu es retombée bien bas

{Refrain:}
Ton petit camarade
Tu l'as oublié
Adieu nos promenades
Adieu notre amitié
Adieu la fille sage
Qui faisait mon bonheur
A te voir si volage
Moi, j'en ai mal au cœur
Moi, j'en ai mal au cœur

Maintenant, tu as du rouge aux lèvres
Et tes cheveux volent au vent
Au vent qui emporte mes rêves
Pour les semer au fil du temps

{au Refrain}

Redeviens la douce écolière
Que l'on voyait tous les matins
Courir le long de la rivière
Tendant la main à son copain

Lalala...

Salvatore Adamo

 

Autre présent qui n’attendra pas le mas de cocagne, tout comme ce bouquet de fleurs de Maria

 

 

  fleurs-de-Maria.png

 

 

 

L’Ame en Fleur -Les Contemplations-

 

…Il lui disait : « Vois-tu, si tous deux nous pouvions,
L’âme pleine de foi, le cœur plein de rayons,
Ivres de douce extase et de mélancolie,
Rompre les milles nœuds dont la ville nous lie ;
Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou,
Nous fuirions ; nous irions quelque part, n’importe où,
Chercher, loin des vains bruits, loin des haines jalouses,
Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses,
Une maison petite avec des fleurs, un peu
De solitude, un peu de silence, un ciel bleu,
La chanson d’un oiseau qui sur le toit se pose,
De l’ombre ; - et quel besoin avons-nous d’autres chose ?...

Victor Hugo

 

 

 Image1

 

 

 

Ben oui, Brunette, on a besoin d’autre chose !

Ma « gamelle » est vide et vous les adamis, vous régalez de mots de chansons, d’images et d’histoire, et nous alors ?

 

Entre avec tes amis qui nous observent

 

 

bb dans les champs

 

 

Et ceux qui accourent,

 

content 

 

 

 

Alice a préparé votre piquenique sur l’herbe

 

 

 

 petit 10-5a4121

 

 

 

Et elle vous a écrit un poème : Le poème de la chenille,

 

 

 

 

 

 

 

Que je vous laisse savourer entre amis et je reviens aussitôt,

Brunette    

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BRUNETTE
24 juillet 2010 6 24 /07 /juillet /2010 08:47

 

 

 

 

 

petit-d-jeuner-n-15-66a50a

 

 

 

Sur la terrasse ensoleillée, je vous propose de vous installer en notre compagnie, de se laisser vivre cet été en suivant à nouveau les chemins où nous mènent le rêve, les chansons, les poètes, l’adamitié, le soleil, les fleurs, les projets mêlés aux souvenirs, bien sûr, beaucoup de miel, doux, aux rayons d’or parfumés

Mais ! Qui a-t-il dans la tasse de Laura ?

 

Laura Un « expresso » à notre façon : un « café Adamo »…

 

 

Image29

Cependant, ce n’est pas encore l’heure d’aller au « Zanzibar », ni « au café du temps perdu », çà, ce sera pour le soir

 

 

Revenons à notre petit déjeuner de rêve, car il n’y a qu’en Italie que l’on en fait de tels

On peut tout de suite l’accompagner d’une chanson de Salvatore, tous les adamis vous le diront : il n’y a pas d’heure pour l’écouter

http://www.youtube.com/watch?v=L5rGZlsnnGo

 

J'AI TROUVÉ UN ÉTÉ

J'ai trouvé un été
Aux ailes de Provence
Prêt à te réchauffer
Donnes-lui une chance

J'ai trouvé un été
Qui peut si tu l'appelles
Dérouler à tes pieds
Les plages les plus belles

Si tu l'appelles amour il t'aimera
Il sera cheval fou et t'emportera
Plus loin que l'infini et tu verras
Je serai là

Appelles-le soleil il brillera
Appelles-le tendresse il te bercera
Appelles-le bonheur mais tout bas, tout bas
Et tu verras, je serai là

J'ai trouvé un été
Un miroir pour ton âme
Qui saura te guider
Dans ton rêve de femme

J'ai trouvé un été
Qui t'offre à domicile
Le bleu immensité
Et la magie des îles…

J'ai trouvé un été...

 

Salvatore Adamo

Image2

C’est tellement magnifique, de commencer sa journée de cette façon et de se sentir emporté sur ces vagues que forment les nuages dans le ciel, l’air imprégné de notes de musique

 

Mêlons, comme j’aime à le faire, le réel et l’irréel, le vécu et l’avenir, réunissons les lieux si éloignés soient-ils, en un court instant, le temps d’un souffle ou d’une pensée

Les vagues bercées de musique,  nous conduisent sur cette plage de Copacabana près de laquelle vit notre amie Tania

Image11 

 

Tania est une grande admiratrice de Salvatore Adamo, elle aime chanter ses chansons, et je sais aussi que cette photo lui fera très plaisir, comme à nous tous d'ailleurs

 Image9

Image10 

Faisons le voyage jusqu’à toi Tania, nous sommes certains que personne ne s’égarera en chemin. 

Nous nous laisserons mener par un des bateaux du port, peints par notre ami Gérard Deligny, pour la plus grande joie de nos yeux

bateaux-par-Gerard.png 

« Voyage jusqu’à toi » avec quelques uns des mots que Salvatore emploie

Voyage jusqu'à toi

-Tu es assise devant moi et j'essaie
De trouver ta trace
Toi qui t'égares à nous chercher
Je ne sais sous quels cieux
Et pour arriver jusqu'à toi
Je traverse des mers de glace
Finalement je t'aperçois là-bas
Tout au fond de tes yeux

Là-bas où tu vis en été
Là-bas où tu m'as oublié
Qu'il est long le voyage jusqu'à toi !
Qu'il est long le voyage, attends-moi !…

 Salvatore Adamo

Tania, tu admires la mer près de chez toi, mais puisque ton père est né en Belgique, viens avec nous et regardons ce qu’il y a ici autour de la maison en été

 

Autour de ma maison

Pour vivre clair, ferme et juste,
Avec mon cœur, j'admire tout
Ce qui vibre, travaille et bout
Dans la tendresse humaine et sur la terre auguste…


 

…Mais voici l'ombre et le soleil sur le jardin
Et des guêpes vibrant là-bas, dans la lumière ;
Voici les longs et clairs et sinueux chemins
Bordés de lourds pavots et de roses trémières ;
Aujourd'hui même, à l'heure où l'été blond s'épand
Sur les gazons lustrés et les collines fauves,
Chaque pétale est comme une paupière mauve
Que la clarté pénètre et réchauffe en tremblant.
Les moins fiers des pistils, les plus humbles des feuilles
Sont d'un dessin si pur, si ferme et si nerveux
Qu'en eux
Tout se précipite et tout accueille
L'hommage clair et amoureux des yeux….



 

Émile VERHAEREN   (1855-1916)

 

 

Pendant ces vacances nous pourrions retourner sur ses pas justement,  puisque le musée Verhaeren rouvre ses portes à Roisin

http://www.myspace.com/emileverhaerenaroisin

Vous pourriez visiter la maison du poète,

 

Image7 

Admirer quelques tableaux,

 

 

 

  Emile-V.png

 

 

 

 

Dont ce magnifique portrait d’Emile Verhaeren

 

Vous promener dans les bois environnants, superbe nature qui inspire les âmes sensibles

 

 

Le ruisseau de mon enfance

Parle-moi de mon enfance, mon vieux ruisseau
Du temps où coulait ma chance au fil de ton eau

Parle-moi des doux délires de mes tendres années
Les bleuets qui les fleurirent sont-ils a jamais fanés

Parle-moi de ces dimanches où je venais te confier
En timide voile blanche, mes rêves de papier

Parle-moi tant que j'y pense de mon premier amour
Il était tout innocence, a-t-il duré toujours ?

Parle-moi de mon enfance, mon vieux ruisseau
Du temps où coulait ma chance au fil de ton eau

Coule coule mon enfance au fil du souvenir
C'est un jeu perdu d'avance que de la retenir …

Salvatore Adamo

   Roisin a4

 

 

Le chant de l’eau

 

L'entendez-vous, l'entendez-vous
Le menu flot sur les cailloux ?
Il passe et court et glisse
Et doucement dédie aux branches,
Qui sur son cours se penchent,
Sa chanson lisse.

Là-bas,
Le petit bois de cornouillers
Où l'on disait que Mélusine
Jadis, sur un tapis de perles fines,
Au clair de lune, en blancs souliers,
Dansa ;
Le petit bois de cornouillers
Et tous ses hôtes familiers
Et les putois et les fouines
Et les souris et les mulots
Ecoutent
Loin des sentes et loin des routes
Le bruit de l'eau…

 

Emile Verhaeren

 

 

 

Un autre musée nous attend cet été, le musée de la chanson, à Nantes :

 http://museedelachanson.free.fr/page_presentation_projet.htm#Haut_page_3

http://museedelachanson.free.fr/club_des_amis_du_musee1.htm

 

Marie a imaginé y rendre hommage à Salvatore Adamo, elle a fort bien réussi,

La voici entourée de quelques adamis lors du passage de Salvatore à l'Olympia

Image21

 

 

Marie chante assurément fort bien, les chansons de Salvatore, et vous pouvez la retrouver sur son blog  http://www.marieanima.fr

http://www.marieanima.fr/#/Video

 

La nature nous offre de suivre le chemin des « pas de Verhaeren »,  un peu plus au nord, elle ouvre le chemin de fleurs du beau pays de hollande

Maria, charmante adamie nous fait revivre quelques heures de pur bonheur, qu’elle a passé en famille au printemps dernier, et accompagnons-la sur ce tapis rouge naturel

 

Image18 

 

 

 

Des fleurs à perte de vue, qui ne font pas le moins du monde d’ombre au fils de Maria

 

Image19 

 

 

 

Des fleurs qui peuvent nous conduire jusqu’aux moulins, dont le charme et le mystère demeurent à jamais

 

 

Image20 

 

 

 

La voix du vieux moulin

 

Près de la Sédelle qui chante
Suivant un rythme régulier
J'écoute, en sa besogne ardente
Du moulin les bruits familiers.

Homme et cheval plein de courage
S'en vont sur d'arides chemins
Pour charger dans chaque village
Le lourd chariot de bons grains.

Le Meunier fera la farine
Avec le blé des paysans
Pour que cuise en l'humble chaumine
Le pain doré tout croustillant.

Ainsi chaque jour, sans relâche
Suivant un rythme régulier
S'accomplit une noble tâche
Dans l'amour de ce beau métier.

Mais comme tout change en ce monde,
Le vieux moulin devra mourir,
Et sa tendre musique, à la ronde,
Ne sera plus qu'un souvenir.

 

Maurice Pasty

 

 

 

 

Je vous quitte quelques instants, le temps, d’ouvrir la porte à d’autres adamis qui viennent nous accompagner pour ce petit déjeuner

Brunette   

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BRUNETTE
13 mai 2010 4 13 /05 /mai /2010 13:53

 

Mais avant cela, retournons un peu sur nos pas, et voyons ce que le printemps nous apporte depuis notre nuage

 

je crois aux anges 

Edward Robert Hughes –Srdce snehu.jpg – “Coeur de neige”

 

 

Des fleurs fines et mousseuses comme l'écume

Poussaient au bord de nos chemins
Le vent tombait et l'air semblait frôler tes mains
Et tes cheveux avec des plumes.

L'ombre était bienveillante à nos pas réunis
En leur marche, sous le feuillage ;
Une chanson d'enfant nous venait d'un village
Et remplissait tout l'infini.

Nos étangs s'étalaient dans leur splendeur d'automne
Sous la garde des longs roseaux
Et le beau front des bois reflétait dans les eaux
Sa haute et flexible couronne.


Et tous les deux, sachant que nos cœurs formulaient
Ensemble une même pensée,
Nous songions que c'était notre vie apaisée
Que ce beau soir nous dévoilait.

Une suprême fois, tu vis le ciel en fête
Se parer et nous dire adieu ;
Et longtemps et longtemps tu lui donnas tes yeux
Pleins jusqu'aux bords de tendresses muettes.

Émile VERHAEREN   -1855-1916-

 

Voici juste pour vous, en l’honneur de ce printemps - un florilège de souvenirs précieux -

 

 

 

Image1

 

 

Bonne nouvelle : Salvatore continue de nous concocter pour « après l’été », de nouvelles merveilleuses chansons, qu’il dévoile peu à peu lors de ses tout récents concerts, et ceux qui ont connu le bonheur d’assister à son concert de Sérignac, ne vous diront pas le contraire : ce sont des chefs d’œuvre !

 

 

 

86 Adamo .. 

 

 

Est-ce parce que « tu crois aux anges », Salvatore, que tu peux nous faire voyager avec tant de facilité, et nous emporter dans un monde de douceur, dont tu sembles détenir le double d’une clef mystérieuse ?

Je crois aux anges

 

J'ai cru pendant longtemps
En un monde meilleur
J'en léguerai plus tard
L'espoir à mes enfants
Si au moins ils pouvaient
Ignorer cette peur
Qui me suit pas à pas
Depuis que je suis grand

Je n'ose plus croire hélas
Qu'avant de céder ma place
Je verrai l'embellie
D'un monde sans barbarie

Mais je crois aux anges
Je te l'avais jamais dit
Oui, je crois aux anges
Quand tu me souris
Oui, je crois aux anges
Car je t'ai trouvée
C'est fou comme tout change
On dirait l'été

J'ai suivi des idées
Oubliées en chemin
J'ai cru à l'amitié
J'en suis souvent revenu
J'ai construit, j'ai cassé
Rien n'est jamais certain
J'ai compté sur moi seul
Et je me suis déçu

Mais voici que la vie
Vient me faire une fleur
Voilà même qu'elle est jolie
Avec toi dans mon cœur

Et je crois aux anges
Je te l'avais jamais dit
Oui, je crois aux anges
Quand tu me souris

Oui, je crois aux anges
C'est inespéré
C'est fou comme tout change
On dirait l'été

Oui, je crois aux anges
D'ailleurs ou d'ici
D'où viens-tu mon ange?
D'amour infini

Oui, je crois aux anges
Car je t'ai trouvée

Oui, je crois aux anges
Je te l'avais jamais dit...

 

Salvatore Adamo

 

Salvatore, poète, nous y croyons aussi, aux anges, nous les rencontrons au détour d’un chemin, et parfois ils sont derrière nous, dit-on !...

Et cela m’a fait penser à un poème de Victor Hugo, que mon très cher père a récité un jour en ma présence, prenez, s’il vous plait le temps de vous empreignez de ces paroles :

HEUREUX L'HOMME OCCUPE ...

Heureux l'homme, occupé de l'éternel destin,
Qui, tel qu'un voyageur qui part de grand matin,
Se réveille, l'esprit rempli de rêverie,
Et, dès l'aube du jour, se met à lire et prie !
A mesure qu'il lit, le jour vient lentement
Et se fait dans son âme ainsi qu'au firmament.
Il voit distinctement, à cette clarté blême,
Des choses dans sa chambre et d'autres en lui-même ;
Tout dort dans la maison; il est seul, il le croit ;
Et, cependant, fermant leur bouche de leur doigt,
Derrière lui, tandis que l'extase l'enivre,
Les anges souriants se penchent sur son livre.

Victor HUGO   (1802-1885)

 

Dernièrement j’ai eu le plaisir de rencontrer Basilio, qui lui aussi, digne italien croit aux anges et les dessinent avec passion sur les murs de sa maison

 

 

 

Image10 

 

 Image9

 

 

 

Basilio, tu as bien compris cette phrase :

 

 

viewer 

 

 

Nous ici, nous vivons pleinement nos rêves, nous entourant de tous ceux qui connaissent sa valeur, porte ouverte aux échanges non superficiels et d’apparence

 

Nous parlons d’anges, et jamais une seule fois, je n’ai pu penser aux anges sans imaginer un instant le son d’une trompette, probablement l’ombre si douce de la foi

Un homme, artiste rare, que vous connaissez tous, et qui lui aussi croit aux anges, puisqu’il communique chaque jour avec eux, leur offrant dans un souffle immergé de notes rares, l’amour et l’admiration qu’il leur porte : Jean-Claude Borelly

 

 

Image7 

 

 

Et dans ce concerto de la mer où la trompette s’allie comme un miracle, au son de la flûte pour nous emporter en son cœur, écoutons-les 

 

 

 

 

 

 

 

Remontons à présent à la surface de l’eau !

Tout en préservant notre rêve, cependant.

Gérard Deligny saura nous y aider à merveille, cette fois non par le son mais par les couleurs de sa peinture, aux multiples secrets

 

 

25559_1096802357420_1747440427_186156_170308_n.jpg 

 

 

 

A présent que fais-tu Salvatore ce soir, appuyé sur cette table de brasserie ? 

 

 

 Image6

 

 

 

Je te propose de prolonger ces instants, et puisque nous sommes « un beau soir », transformons-le en un « très beau soir » en nous joignant à notre ami Mika qui nous emporte avec lui dans ses rêves prodigieux… un pur bonheur de poésie, qu’il nous offre et que j’ai été si heureuse de découvrir dans ce concert féerique

 

 

 

 

Image2 

 MIKA

 

 

 

 

Belle soirée, n’est-ce pas ?

Mais

Un nuage noir est passé dans ma vie, laissant de lourdes traces dans un cœur sans défense, et, je ne voyais même plus la terre en me penchant au dessus du bord des nues, mais rien ne dure et la vie s’adapte et se meut, éternelle source du recommencement

Jamais satisfaite des instants que je vous offre, m’inspirant essentiellement de mes sentiments, de mes rêveries, de mes échanges amicaux, je vais un peu changer ma façon de venir vers vous, en venant plus souvent mais plus brièvement

Brunette

 

 

Partager cet article
Repost0
Published by BRUNETTE
15 février 2010 1 15 /02 /février /2010 04:45

 

Quelques belles pierres grises, brûlantes de soleil, qui forment un escalier qu’on ne peut que monter…et qui nous emmène directement « dans les nuages » !

Il  suffira de quelques mots, de quelques notes de musique, et de quelques images ou photos, parfois de belles toiles, d’un regard, d’un sourire, pour vous emmener avec plus de passion encore, dans le domaine merveilleux du rêve et de l’enchantement…




p1040926-1862895



Comme vous le savez, Comiso, ville sicilienne a vu naître Salvatore Adamo !

Et je souhaite vous parler de Laura, une « adamie » qui nous est chère au cœur, est aussi une adorable et généreuse artiste

Lors d’un voyage dans cette ville, elle a effectué une toile marquée du sceau de  Salvatore Adamo et qui représente sa maison natale



Image1


Observons quelques instants ce merveilleux tableau, en sa compagnie, on pourra si on remonte, non pas les escaliers mais le temps, - (vous savez qu’ici, c’est chose aisée)-, voir notre ami Salvatore, enfant, sortir de chez ses parents,  puis aller s’asseoir en compagnie de son petit camarade de classe, et ami, pour jouer. Vous les apercevez là-haut sur les marches devant la maison familiale.

Durant quelques instants, suivons les pas nos amis Laura, Alain et leur époux respectifs



330-comiso 008



Ici, les « adamis » sont les bienvenus, cela chauffe le cœur…mais aussitôt le soleil jaloux, vient caresser leur peau et l’embellir pour ne pas être oublié..




344-COMISO




 Le vrai bonheur qui fait plaisir à voir : notre ami Alain ne se prive de s’asseoir avec Michèle son épouse, sur les pas de Salvatore..

Le tableau de Laura, n’ayant pas fini de voyager, ira bientôt rejoindre « le coin de paradis » de Salvatore, au musée de la chanson française, dont une vitrine qui lui est consacrée a été créée grâce à l’admiration que lui porte Marie Bézier, charmante chanteuse 



na40 2662357 1 px 470



Admiration, alliée à la générosité et l’aide d’Alain, mais également de nombreux autres « adamis » tout aussi fidèles, et de Maurice Lecorps, secrétaire général de ce musée, (dont je reviendrais bientôt vous parler plus amplement encore)

Le 10 février dernier dans le journal « Ouest France » est parue  une lettre que Nicole, épouse de notre chanteur, a  écrit à Monsieur Lecorps  




Image1-copie-1

Voici ce que l’on peut y lire :

En mai dernier, Nicole Adamo écrit une lettre à Maurice Lecorps, secrétaire général du musée de la chanson française. Elle le remercie ainsi d’avoir réalisé une vitrine en hommage à son mari, Salvatore Adamo : « L’honneur est pour Salvatore Adamo. Il vous remercie d’avoir pensé à lui et bien entendu, quand nos pas nous conduirons dans la région pour un concert, nous nous ferons un plaisir de venir admirer votre musée qui répond si bien à notre mémoire collective. »

Cette vitrine dans le musée de la chanson française est l’œuvre d’une chanteuse nantaise de Musidora, Marie Bézier. Fan d’Adamo, elle interprète ses chansons avec talent. Elle est aussi membre active du cercle international des amis d’Adamo, venus visiter le musée à la  Planche, début septembre.

Fin janvier, une agréable surprise attend Maurice Lecorps. Il reçoit en effet une carte de vœux de Belgique, avec un joli texte, comme le refrain d’une chanson. La carte est écrite et cosignée par Salvatore et Nicole Adamo. Le couple encourage les responsables du musée :

«  Et qu’à la fin de l’année deux mille dix – Vous prenne l’envie de réclamer un bis – Parce qu’elle aura été tellement belle – Santé, amour… et or dans l’escarcelle. »






Tournons à nouveau notre regard vers la Sicile et laissons la parole à Salvatore qui nous parle de sa vie, personne mieux que lui ne peut le faire !









Il diario di Salvatore Adamo.MPG

 

Me viennent alors en mémoire ces quelques mots bien mis, d’Emile Verhaeren et qui font accéder à l’irréel

Des paroles rares, emplies d’histoire et de mythologie, de voyages, faisant fi du temps

Car de la Sicile à la mer du nord, il n’y a parfois qu’un songe, faisant apparaître quelques  Sirènes dont le sens nous échappe parfois..

AU NORD

Deux vieux marins des mers du Nord
S'en revenaient, un soir d'automne,
De la Sicile et de ses îles souveraines,
Avec un peuple de Sirènes,
A bord.

Joyeux d'orgueil, ils regagnaient leur fiord,
Parmi les brumes mensongères,
Joyeux d'orgueil, ils regagnaient le Nord
Sous un vent morne et monotone,
Un soir de tristesse et d'automne.
De la rive, les gens du port
Les regardaient, sans faire un signe :
Aux cordages le long des mâts,
Les Sirènes, couvertes d'or,
Tordaient, comme des vignes,
Les lignes
Sinueuses de leurs corps.
Et les gens se taisaient, ne sachant pas
Ce qui venait de l'océan, là-bas,
A travers brumes ;
Le navire voguait comme un panier d'argent
Rempli de chair, de fruits et d'or bougeant
Qui s'avançait, porté sur des ailes d'écume.

Les Sirènes chantaient
Dans les cordages du navire,
Les bras tendus en lyres,
Les seins levés comme des feux ;
Les Sirènes chantaient
Devant le soir houleux,
Qui fauchait sur la mer les lumières diurnes ;
Les Sirènes chantaient,
Le corps serré autour des mâts,
Mais les hommes du port, frustes et taciturnes,
Ne les entendaient pas.

Ils ne reconnurent ni leurs amis
- Les deux marins - ni le navire de leur pays,
Ni les focs, ni les voiles
Dont ils avaient cousu la toile ;
Ils ne comprirent rien à ce grand songe
Qui enchantait la mer de ses voyages,
Puisqu'il n'était pas le même mensonge
Qu'on enseignait dans leur village ;
Et le navire auprès du bord
Passa, les alléchant vers sa merveille,
Sans que personne, entre les treilles,
Ne recueillît les fruits de chair et l'or.

Émile VERHAEREN   (1855-1916

 

Comment ça, mon œil ?

 

P1000999.JPG


Mais enfin, Salvatore, on est en direct, soit plus vigilant quand même !









Mais il n’y pas qu’Emile Verhaeren qui parle de la Sicile et de ses origines

Médaille antique

L'Etna mûrit toujours la pourpre et l'or du vin
Dont l'Érigone antique enivra Théocrite ;
Mais celles dont la grâce en ses vers fut écrite,
Le poète aujourd'hui les chercherait en vain.

Perdant la pureté de son profil divin,
Tour à tour Aréthuse esclave et favorite
A mêlé dans sa veine où le sang grec s'irrite
La fureur sarrasine à l'orgueil angevin.

Le temps passe. Tout meurt. Le marbre même s'use.
Agrigente n'est plus qu'une ombre, et Syracuse
Dort sous le bleu linceul de son ciel indulgent ;

Et seul le dur métal que l'amour fit docile
Garde encore en sa fleur, aux médailles d'argent,
L'immortelle beauté des vierges de Sicile.

José-Maria de HEREDIA   (1842-1905)

 

Mais depuis la belle Sicile, tu as suivi ton chemin, inlassablement, et dernièrement tu as fais la joie de ceux qui admirent l’Olympe et ses dieux mythiques




Image2.jpg

 

Probablement es-tu apprécié d’Apollon en personne, dieu des musiciens et des poètes...





dscn7108-186d92a


Faisant le bonheur de très nombreux admirateurs


concert-adamo-012-1861650





concert-adamo-030-18615fd



D’Olympie à l’Olympia il n’y a qu’un souffle, et tu l’as à nouveau franchi,

 

Ici en compagnie d’une jeune  et talentueuse cantatrice : Anne Catherine Gillet





dscn8751-186dee7


Image3.png




concert O..



Mêlant nouvelles et anciennes chansons, rendant hommage à la Callas avec brio, c’est certain, on ne lassera jamais de t’entendre, Salvatore





Image4.png



Quelques « Adamies » face à l’Olympia et dont le sourire à lui seul suffit à transmettre leurs sentiments



On peut lire dans les journaux, à la suite de ton passage à l’Olympia :

Le_Parisi-.jpg





Ce qui donne à y regarder de plus près :



Image5.png


Image6.png



Et pendant ce temps, il a fallu surveiller les téléspectateurs :

Voyons !

Qu’est-ce que tu fais là sur la télévision, Mimine ?



DSC03775




Enfin ne sais-tu pas que c’est devant la télé, pas au dessus, qu’il faut-être !






DSC03771



Regarde lui, le minou adorable, a compris, et en plus, personne ne peut se mettre entre lui et l’image

Mais au fait qu’attends-tu ?

Laisse, c’est une présentation de l’Olympia qu’ils vont nous passer dans quelques minutes à la tv, Y’a Salvatore qui chante des nouvelles chansons  





Fais attention Minou, tu es trop près de l’écran, tu vas loucher !




Et voilà Isis,



100 9359





Sage déesse…-si on veut- sait fort bien où se mettre pour observer la télévision, plus exactement Salvatore son idole



Une journée de répétition avec Adamo - Vidéo du journal Une journée de répétition avec Adamo - Vidéo du journal



ADAMO CHAT


A très bientôt pour la suite du voyage

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 12:14

 



845



Le plus long, puisqu’éternel

Le plus beau, car il brille

Le plus périlleux, parce qu’au centre du cœur

14 février oblige, je vous emmène sur le plus étrange nuage qui soit !




DSC04312

Quelle joie d’entrer ici dans ce somptueux nuage offert, pour y découvrir quelques unes des facettes de l'Amour

Mais, que se cache-t-il derrière cette fête de la Saint-Valentin ?

Impossible de tout savoir, ce n'est d’ailleurs pas souhaitable...  





767.gif






La Saint-Valentin est tout d’abord une fête, celle de la fécondité, les romains l’appelaient : « Les Lupercales », et la nature ouvrait le bal par les parades que nous offrent les oiseaux « amoureux » à ce moment de l'année 

Et Cupidon donne des ailes...

ANTONI-1.JPGPsyché ranimée par le baiser de l’Amour de Antonio Canova (1757-1822

 

347.gif




Mais puisque l’Amour est avant tout une fête, laissons-nous guider par une parade exceptionnelle, par une danse que nous offre un « Adami », charmant et italien de surcroît

Cette fois, l’animal n’est pas un oiseau

Regardez et dansez si vous voulez !




Mambo dog Mambo dog




Oh ! Déjà fatigués ?


monumenten_oorlog_015_-640x480-.jpg



Ce n’est pas sérieux, réveillez-vous, nous ne faisons que commencer  :





796.gif





De l’Amour, on peut parler –parfois pendant des heures- ou simplement se taire…

Mais « Le Silence » est déjà paru dans un autre article !

…Alors nous voyagerons quelques instants en compagnie de l’Amour




Aimons toujours ! Aimons encore !
Quand l'amour s'en va, l'espoir fuit.
L'amour, c'est le cri de l'aurore,
L'amour c'est l'hymne de la nuit….





598.gifVictor HUGO






Dans ce nuage, nous découvrirons l’Amour avec un grand « A », l’Amour-passion, l’Amour-vécu, l’Amour-lien, l’Amour-libre, l’Amour-amitié, l’Amour-attente, l’Amour-pardon, l’Amour-papillon, l’Amour-bonheur, l’Amour filial,  l’Amour lointain, l’Amour perdu, l’Amour déçu, l’Amour morte, l’Amour-Toujours et cela au travers d’images, de photos, de toiles, de poèmes, de chansons, de musiques, de vidéos…

 

L’Amour sous de multiples formes, qui attache des êtres quelques soient leurs particularités, l’Amour qui donne une raison de vivre

Et puisque vous êtes ici, c’est aussi parce que vous appréciez Salvatore Adamo, et si vous l’aimez vous devez être émus en écoutant ce chef-d’œuvre qu’est « La nuit », ou plutôt  « la notte »

 

 





 


chev28.gif






Déchirante chanson, superbement interprétée, où l’Amour est « Passion », elle émeut,  reflète une âme en proie au tourment , c'est la chanson préférée de près de la moitié des admirateurs italiens d’Adamo



livre-pensee.gif




« …La notte tu mi appari immensa
invano tento di afferrarti
ma ti diverti a tormentarmi
la notte tu mi fai impazzire

La notte

Mi fa impazzir mi fa impazzir

E la tua voce fende il buio
dove cercarti non lo so
ti vedo e torna la speranza
ti voglio tanto bene ancora… »

 

« …La nuit tu m'apparais immense
Je tend les bras pour te saisir
Mais tu prends un malin plaisir
A te jouer de mes avances

La nuit je deviens fou, je deviens fou

Et puis ton rire fend le noir
Et je ne sais plus où chercher
Quand tout se tait revient l'espoir
Et je me reprends à t'aimer…. »



Si parfois l’Amour se fait tourment,

Il se fait « fort » dans son évolution

L’Amour est un cadeau venant « du ciel »

Et on peut l’entendre murmurer à l’oreille

 

Love me tender,
love me sweet,
never let me go.
You have made my life complete,
and I love you so.

Love me tender,
love me true,
all my dreams fulfilled.
For my darlin' I love you,
and I always will....                     
Elvis Presley



766.gif




Mais que de chemin auparavant,

Gérard Deligny, dont vous connaissez quelques unes de ses toiles, nous offre dans une chanson : « La passerelle du temps », un heureux passage romantique, où l’on peut entendre :

Elle se promène

Sur la passerelle du temps

C’est son domaine

Je la vois très souvent

Elle n’a pas d’âge

Sur la passerelle du temps

Elle qui voyage

Sans doute pour très longtemps

J’aime ses cheveux

Qui flottent sans aucun vent

Et ses beaux yeux

En diamant

Elle est singulière

Elle ne ressemble à personne

Peut être un peu fière

Je lui pardonne…


Image3

 





Gérard n’a pas fini de nous surprendre et de nous chérir en offrant le meilleur de lui-même, cumulant les expressions artistiques, littérature, peintures, chansons...

Ce titre de la chanson « La passerelle du temps » a donné le nom à un album

A présent il en prépare un autre, piano ; mais il a écrit tant de chansons sur différents thèmes, -alliant toujours avec humour, le rêve et la poésie…- qu’il ne lui sera pas facile de choisir celles qu’il nous proposera sur ce nouvel album

Il travaille avec un arrangeur de grand talent : Pascal Detoeuf, qui a participé également à l’élaboration de ce précédent album

Nul doute, il n’a pas terminé de nous enchanter !

Dans la presse on peut lire à son sujet




Image1-copie-1



2 Image2



Ces œuvres sont donc de bien jolies fleurs que Gérard nous offre à tous ici pour la Saint-Valentin







fleurs g






A propos des fleurs, voici ce que nous souffle un poète :

Les femmes sont sur la terre
Pour tout idéaliser ;
L'univers est un mystère
Que commente leur baiser.

C'est l'amour qui, pour ceinture,
A l'onde et le firmament,
Et dont toute la nature,
N'est, au fond, que l'ornement.

Tout ce qui brille, offre à l'âme
Son parfum ou sa couleur ;
Si Dieu n'avait fait la femme,
Il n'aurait pas fait la fleur...

 

Victor HUGO

 

Et puisque Gérard nous offre des fleurs et que Victor Hugo nous en parle, tournons nous un instant comme par magie vers un coquelicot, dans une poignante chanson de Salvatore : « Inch’Allah »

…Mais quand j'ai vu Jérusalem
Coquelicot sur un rocher
J'ai entendu un requiem
Quand sur lui je me suis penché…

 

Ici, chez les « adamis », nous connaissons tous une jeune femme : Marie, grande admiratrice de Salvatore, jeune et fort talentueuse chanteuse, qui interprète Adamo

Vous serez passionnés









La fragilité du coquelicot, fleur qu’on ne peut cueillir, car elle se fane alors aussitôt, fait songer à la fragilité de l’Amour qui demande pour ce bonheur attention et protection

L’Amour est une fleur fragile, un bonheur qui se protège

Dans ce poème Emile Verhaeren, l’exprime si bien





188.gif




Oh ! ce bonheur
Si rare et si frêle parfois
Qu'il nous fait peur

Nous avons beau taire nos voix
Et nous faire comme une tente,
Avec toute ta chevelure,
Pour nous créer un abri sûr,
Souvent l'angoisse en nos âmes fermente.


Mais notre amour étant comme un ange à genoux
Prie et supplie
Que l'avenir donne à d'autres que nous
Même tendresse et même vie,
Pour que leur sort, de notre sort, ne soit jaloux.

Et puis, aux jours mauvais, quand les grands soirs
Illimitent, jusques au ciel, le désespoir,
Nous demandons pardon à la nuit qui s'enflamme
De la douceur de notre âme.

Poème d'Émile Verhaeren.
(1855-1916)
Recueil: Les heures claires.

 

Continuons de nous promener sur ce même chemin,




contprin.gifconprincess.gif






Chemin où tous les temps sont permis,

Où tous se succèdent si rapidement,

A peine le soleil nous a-t-il chauffés de ses rayons,

Qu’apparaissent les intempéries,

Et pourtant sans ce bonheur aléatoire, le cœur pleure

Et si jamais aujourd’hui il pleure dans votre cœur comme il pleut sur la ville




Il pleure dans mon cœur

Comme il pleut sur la ville;
Quelle est cette langueur
Qui pénètre mon cœur ?

Ô bruit doux de la pluie
Par terre et sur les toits !
Pour un cœur qui s'ennuie,
Ô le chant de la pluie !

Il pleure sans raison
Dans ce cœur qui s'écœure.
Quoi ! nulle trahison ?...
Ce deuil est sans raison.

C'est bien la pire peine
De ne savoir pourquoi
Sans amour et sans haine
Mon cœur a tant de peine !

Paul VERLAINE   (1844-1896)

 

Ou même pire, s’il y neige,




photos 132





Changez donc cette averse de larmes, glaciale, en un petit coin de paradis, car



188.gif





TOUJOURS !

Georges Brassens, nous le chante :



Le Parapluie


Il pleuvait fort sur la grand-route
Ell' cheminait sans parapluie
J'en avais un, volé, sans doute
Le matin même à un ami
Courant alors à sa rescousse
Je lui propose un peu d'abri
En séchant l'eau de sa frimousse
D'un air très doux, ell' m'a dit " oui "

Un p'tit coin d'parapluie
Contre un coin d'paradis
Elle avait quelque chos' d'un ange
Un p'tit coin d'paradis
Contre un coin d'parapluie
Je n'perdais pas au chang', pardi …

Georges Brassens

 






Mais évidemment, s’il ne pleut pas dans votre cœur, c’est tant mieux

 

Mais n’oubliez jamais que

L’Amour est une fleur rare dont il faut prendre grand soin pour assurer sa pérennité

Voici la recette en image 




2.png





Vous l’avez trouvé ?

L’Amour 

Oui !

Alors, prenez ce petit cocktail




 

 

192.gif






On ne peut révéler son secret de composition bien sûr, puisqu’il est différent pour chacun d’entre nous..

La base de cette recette reste cependant toujours la même : deux regards qui se croisent, deux cœurs purs, beaucoup de tendresse, de tolérance, de générosité, de confiance, de projets

Sans ces ingrédients l’Amour est un leurre, un piège, une tromperie, et pour sauver votre âme, ayez le courage de rechercher le Vrai !





734.gif




Lorsque vous détenez le vrai Amour, et pour compléter ce merveilleux cocktail, improvisez, si votre cœur a bien choisi, ce sera la plus merveilleuse recette de votre vie

 

L’Amour est un bien qui se couronne afin de briller de mille feux, que ce soit le jour


sitdriver?cid=c3ff2b290d528102&width=500



Ou la nuit


sitdriver?cid=fr04fk32lvhro&width=500&he



C’est pourquoi le prince devient roi

Et la princesse une reine

C’est la seule façon de devenir

 

30.gif



Merveilleuse perspective

N’est-ce pas ?

Mais non, l’inéluctable ne vous tombera pas sur la tête

En effet reste l’espoir du changement

Gilles Vigneault nous réconforte et nous explique comment faire

 

 

Il me reste un pays   

Il me reste un pays à te dire
Il me reste un pays à nommer

Il est au tréfonds de toi
N'a ni président ni roi
Il ressemble au pays même
Que je cherche au cœur de moi
Voilà le pays que j'aime

Il me reste un pays à prédire
Il me reste un pays à semer

Vaste et beau comme la mer
Avant d'être découvert
Puis ne tient pas plus de place
Qu'un brin d'herbe sous l'hiver
Voilà mon Jeu et ma Chasse

Il te reste un pays à connaître
Il te reste un pays à donner…









Vous l’avez compris,

En Amour, il nous reste toujours un pays à construire






539.gif






A tout de suite…

Partager cet article
Repost0
11 février 2010 4 11 /02 /février /2010 12:14

adamo et la baterie





Mais, qu’est-ce que tu fais là assis dehors, Salvatore ?

Tu vas prendre froid par un temps pareil !

-J’attends la suite de ton article, tu as fait court hier, fais-donc un effort, je te dirais ensuite si ça va !

Oh, ça alors !

Tient, tu me fais penser à une chanson d’Amour un peu mélancolique, et Gérard en l’écoutant est allé prendre un café, bien sûr avec quelques amis et ses pinceaux

Regarde ce que ça a donné


Doudou de Gérard


-C’est tout simplement génial !  

Parlant de Doudou,

Henri Salvador et Laurent Voulzy nous chante « Ma Doudou » avec tant de tendresse, je suis sûre que ça va vous plaire, à tous







Ma Doudou

Ma Doudou est partie tout là-bas

D’ l’autre côté de la mer qu’est d’vant moi

Sur ma tête y toujours le soleil

Mais là-bas c’est sûrement pas pareil…

 

Paroles : B. Michel

Musique : Henri Salvador « Chansons Douces » 1989










Ah, la tendresse, sans elle pas d’amour !

Ici, chez les « Adamis », ce n’est exceptionnel, nous en débordons, tout simplement

Et même nos petits animaux nous caressent du regard et posent pour le blog et pour répandre leur affection sur nous tous 




Isis tendresse


 Isis, la protectrice



Et puis d’autres encore !





DSC03742




Un peu plus près, s’il vous plait !




DSC03744




Voyageons à présent dans le trésor des e-mails récemment reçus, et qui dévoilent tant de tendresse justement :




90 la tendresse 90 la tendresse













Salvatore, en chantant, exprime sa tendresse et nous la transmet




2007 11 24 houilles-137 bis




Vous connaissez très probablement cette chanson de Salvatore, et je vous suggère, à vous les « Adamis », de la faire entendre à votre « Amour », ce dimanche 14 février, je vous offre les paroles, 







Ceux qui s'aiment


Ceux qui s'aiment,
Ceux qui cueillent l'or du temps
A pleines mains
Qui promènent le printemps
Sur leur chemin
Ceux qui s'aiment...
Toi et moi...

Ceux qui s'aiment
Ont le pas léger, léger
Comme un arpège
Et ne laissent pas de traces
Sur la neige

Ceux pour qui
Chaque heure est une telle ivresse
Qu'ils s'envolent
Sur les mots de leurs promesses
Bien plus haut que l'habitude
Et sa grisaille
Pour fêter dans les étoiles
D'éternelles fiançailles
Ceux qui s'aiment, ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment savent trop bien
Qu'une vie n'est que deux fois rien
Pour écrire un amour sans fin
Ceux qui s'aiment
Mais ceux qui s'aiment
Ont dans les yeux
D'autres terres, sous d'autres cieux
Où ils vivent à l'unisson des dieux
Ceux qui s'aiment
Ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment
Dans le bien et dans le mal
La déchirure
Jusque dans la déraison,
La démesure
Ceux qui s'aiment, toi et moi...

Ceux qui s'aiment
Qui se chantent des chansons
Pour leurs blessures
Qui murmurent leur prénom
Et se rassurent
Ceux qui ont des arcs-en-ciel
Au bout des cils
Lorsque le soleil revient
Après l'exil

Ceux qui n'ont que leur amour
Pour toute adresse
Qui à force de tendresse
Ont construit leur forteresse
Ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment savent trop bien
Qu'une vie n'est que deux fois rien
Pour écrire un amour sans fin
Ceux qui s'aiment
Mais ceux qui s'aiment
Ont dans les yeux
D'autres terres, sous d'autres cieux
Où ils vivent à l'unisson des dieux
Ceux qui s'aiment
Mais ceux qui s'aiment
Ont dans les yeux
D'autres terres, sous d'autres cieux
Où ils vivent à l'unisson des dieux
Ceux qui s'aiment

Ceux qui s'aiment,
Toi et moi...

Salvatore Adamo





      Restons sur notre nuage, et avançons encore un peu vers la tendresse, tout doucement




Très doucement, plus doucement encore.

Très doucement, plus doucement encore,
Berce ma tête entre tes bras,
Mon front fiévreux et mes yeux las ;
Très doucement, plus doucement encore.
Baise mes lèvres, et dis-moi
Ces mots plus doux à chaque aurore,
Quand me les dit ta voix,
Et que tu t'es donnée, et que je t'aime encore

Le joug surgit maussade et lourd ; la nuit
Fut de gros rêves traversée ;
La pluie et ses cheveux fouettent notre croisée
Et l'horizon est noir de nuages d'ennui.

Très doucement, plus doucement encore,
Berce ma tête entre tes bras,
Mon front fiévreux et mes yeux las ;
C'est toi qui m'es la bonne aurore,
Dont la caresse est dans ta main
Et la lumière en tes paroles douces :
Voici que je renais, sans mal et sans secousse,
Au quotidien travail qui trace, en mon chemin,
Son signe,
Et me fait vivre, avec la volonté,
D'être une arme de force et de beauté,
Aux poings d'or d'une vie insigne.

 

Poème d'Émile Verhaeren.
(1855-1916)
Recueil: Les heures d'après-midi.

 













Quant à  Georges Brassens qui étonne toujours, et plus encore par sa façon originale, si attachante, de faire sa déclaration à Puppchen, sa bien-aimée

Ma mie, de grâce, ne mettons
Pas sous la gorge à Cupidon
Sa propre flèche
Tant d'amoureux l'ont essayé
Qui, de leur bonheur, ont payé
Ce sacrilège...

Au refrain

J'ai l'honneur de
Ne pas te demander ta main
Ne gravons pas
Nos noms au bas
D'un parchemin

Laissons le champ libre à l'oiseau
Nous seront tous les deux prison-
niers sur parole







Continuons d’effeuiller la marguerite en compagnie des mots, de la musique, des peintures ou des images ...







      031 Era una linda flor 031 Era una linda flor





Encore quelques mots de Salvatore, pourquoi se priver après tout ?

Toi l’amour te ressemble

Toi, l'amour te ressemble, si fort que j'en tremble
Et je me demande dans quel paradis perdu
Dans quelle légende, quel rêve où j'étais troubadour
J'ai pu te rencontrer un jour ?
...

Adamo



Et puis une petite douceur

7u2hvrsj





Quelques caresses de la vie, magnifique "pps" qu’on m'a offert,

 

Que je vous offre à mon tour







                                                                    caresses de la vie caresses de la vie                                                                 







L’Amour, nous en tous avons la recette

Faisons quand même, pour nous amuser, un bref résumé non exhaustif avant de se quitter

En Amour…

En Amour, la distance n’efface rien

En Amour, il nous reste toujours un pays à découvrir

En Amour, le temps ne compte pas

En Amour, il y a les tourments

En Amour, on espère

En Amour, bienvenue la tendresse

En Amour, on rêve

En Amour, on respecte la liberté de l’autre

En Amour, on charme

En Amour, on est fleurs

En Amour, on admire

En Amour on est caresse

A vous de continuer la liste à votre fantaisie,

Et presque pour terminer voici une

Prodigieuse preuve d’Amour que celle que Salvatore chante ici, dans « Mourir dans tes bras »

Bien sûr Salvatore, s'il te plait, prend encore bien longtemps le temps de vivre avec ta famille et les Adamis

Pense à nous

On te retrouve en compagnie de ton épouse Nicole, « croqué » par un Monsieur extraordinaire : Jean-Pierre Blanchard











Je vous souhaite, à tous,



6




Encore un petit cadeau




Le Parisi..






Je vous donne rendez-vous « A demain, sur la lune »






Et puis           joyeuse st-valentin joyeuse st-valentin  









Merci à tous ceux qui participent à l’élaboration de cet article,

Merci à tous ceux qui apprécient ces écrits




merci-fleur-061009-4963940c34







Brunette  

Partager cet article
Repost0
28 janvier 2010 4 28 /01 /janvier /2010 06:16

 

Ce monde s’est écroulé !





 

http://www.cyberpresse.ca/international/amerique-latine/

Haïti terre d’accueil et de soleil, vit depuis de nombreuses années de multiples tourments

 

Aujourd’hui, après ce tremblement de terre, leur monde est anéanti, et sans aide financière ils ne pourraient reconstruire leur vie



Afin que l’espoir puisse renaître dans le cœur des haïtiens toutes les initiatives sont bienvenues



Je vous transmets ce courrier de Salvatore Adamo, homme de cœur 


Bonjour amis et amies

 

Je passe à l'Olympia de Paris dans quelques jours et je suis en pleine préparation de mon nouveau spectacle, ce qui m'a obligé à décliner plusieurs sollicitations à des concerts collectifs au profit des victimes de la catastrophe d'Haïti.

 

En tant que citoyen du monde, et aussi ambassadeur bénévole de l'Unicef, je vous avoue que je n'ai pas la conscience tranquille.

 

Je m'en voudrais à vie de ne pas avoir "agi" autrement qu'en paroles face à ce drame humain.

 

C'est pourquoi je vous propose de transformer ma répétition générale privée du 2 Février, en avant- première publique au Théâtre Royal de Mons.

 

Les musiciens, les techniciens et moi-même offrirons nos cachets respectifs, la ville de Mons et le Manège  nous offrent  le Théâtre et aussi son personnel gracieusement, et vous pourrez offrir votre billet d'entrée, très raisonnable, soyez en assurés.

 

L'intégralité de la recette sera versée au profit des malheureux Haïtiens, via les ONG officielles, dans le même cadre que la belle opération conjointe RTL-TVI et RTBF SOS HAÏTI Consortium 12-12. Je remercie d'ailleurs Messieurs Tacheny, Delusinne et Philippaud de m'avoir offert spontanément leur soutien inconditionnel.

 

Nous passerons un bon moment d'amitié, et nous communierons en émotion avec la population meurtrie d'Haïti.

 

Qu'en pensez-vous?

 

Je comprends que le délai de réflexion est très court, mais je sais que vous êtes des gens de cœur...alors laissez-le parler.

 

Je n'ai pas la prétention de vouloir remplir à moi seul un Théâtre en une semaine, mais l'urgence et le bien fondé de la cause peuvent vous inciter à le faire.

 

Nous comptons sur vous?

 

Je vous remercie très sincèrement

 

Salvatore Adamo

 

Infos pratiques : date : mardi 2 février à 20h

Lieux : théâtre de Mons

Location :   065/395939 (de l étranger +3265395939)  ou en ligne sur le site : www.lemanege.com

Prix du billet à 25 EUR et si vous voulez faire un don le jour même, des urnes seront à votre disposition.






Don en faveur des victimes d’Haïti.
Le numéro de compte sur lequel vous pouvez verser est le 068/2205855/05
– Code IBAN BE 96 068220585505,
CODE BIC GKCCBEBB avec la communication

« DON HAITI ADAMO ».







On peut voir et lire dans la presse



793849 photo-1264612358804-4-0



http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/haiti-peine-a-sortir-du-chaos-une-jeune-fille-de-16-ans-retrouvee-vivante-27-01-2010-793849.php

Les pillages semblaient encore s'intensifier mercredi à Port-au-Prince, deux semaines après le séisme qui a détruit la capitale haïtienne, alors que l'ONU s'alarmait de la menace des chefs de gangs évadés, des trafiquants d'enfants et autres délinquants.
Dans les rues du centre-ville dévasté par la secousse du 12 janvier qui a fait environ 170.000 morts, selon un nouveau bilan des autorités haïtiennes, pillages et récupérations prenaient un aspect systématique.


Des habitants parcouraient les rues avec des brouettes, récupérant des matériaux, essentiellement du bois et du métal prélevé sur des bâtiments effondrés. A proximité, des commerçants continuaient à charger des camions à l'aide de produits récupérés dans leurs boutiques avant le passage annoncé des bulldozers qui doivent déblayer les bâtiments, effondrés ou non.
Une jeune fille de 16 ans a été retrouvée vivante sous les décombres mercredi à Port-au-Prince, a indiqué à l'AFP le commandant Samuel Bernes, porte-parole de la Sécurité civile française.
Le responsable n'était pas en mesure d'indiquer explicitement si la victime était prisonnière des ruines depuis le tremblement de terre.
"Elle était effectivement très faible ce qui laisse présager qu'elle était là depuis 15 jours", a-t-il dit, par téléphone.
"Elle était dans une poche entourée de béton", dans le centre de la capitale, a-t-il précisé.
Les voisins fouillaient dans les gravats quand ils ont entendu une voix, a-t-il raconté. La jeune fille a simplement dit "merci" aux sauveteurs venus à sa rescousse...





hai



http://www.24heures.ch/actu/monde/infinie-douleur-2010-01-18





J’aimerais tant que le bonheur puisse enfin renaitre dans ces cœurs

Et qu’on puisse revoir le sourire sur ces visages



 



61822649 2-Photos-de-La-danse-une-locomotive-pour-Haiti-Si-






Don en faveur des victimes d’Haïti.
Le numéro de compte sur lequel vous pouvez verser est le 068/2205855/05
– Code IBAN BE 96 068220585505,
CODE BIC GKCCBEBB avec la communication

« DON HAITI ADAMO ».






Brunette 











































Partager cet article
Repost0
25 janvier 2010 1 25 /01 /janvier /2010 06:06

 

                                                  image



Aux amis inscrits pour la parution des nouveaux messages je vous informe qu’il n’y eu dernièrement que quelques modifications sur certains articles déjà existants, vous n’auriez pas du être dérangés, je suis désolée

Pour me faire pardonner une petite histoire pas bien méchante, mais qui fait sourire pour un lundi



Les gens qui travaillent demandent souvent à ceux qui sont à la retraite ce qu'ils font de leur journée.

Et bien par exemple, l'autre jour avec ma femme nous sommes allés en ville et nous sommes entrés dans un magasin.

Nous n'y sommes restés que 5 minutes.

Quand nous sommes sortis, un flic était en train de remplir une amende de parking.

Nous nous sommes approchés et lui avons demandé, « Allez vous feriez bien un petit geste envers des retraités » Il nous a ignoré et a continué de remplir son PV. Je l'ai traité de gros porc.

Il m'a regardé et a commencé un autre PV pour des pneus lisses.

Alors ma femme l'a traité de roi des trous du cul.

Il a fini le deuxième PV, l'a mis sous l'essuie glace et en a commencé un troisième.

Ce petit manège a continué pendant 20 minutes, plus on l'insultait, plus il remplissait de PV.

Personnellement on s'en fichait, on était venu en bus.

Depuis notre retraite nous essayons chaque jour de nous amuser un peu.

C'est important à notre âge.












BRUNETTE

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2010 6 02 /01 /janvier /2010 22:03

DOUCEUR ET TENDRESSE





A tous ceux qui aiment la musique et la poésie  




Image17



Feliz2010
par Anonyme




En ce début d’hiver nous naviguerons entre poésie et tendresse, si vous le désirez

Malgré les apparences, ni l’une ni l’autre n’ont été englouties…

On a dit de la poésie :

 Chasser tout souvenir et fixer la pensée, 
 Sur un bel axe d'or la tenir balancée, 
 Incertaine, inquiète, immobile pourtant ; 
 Éterniser peut-être un rêve d'un instant ; 
 Aimer le vrai, le beau, chercher leur harmonie ; 
 Écouter dans son cœur l'écho de son génie ; 
 Chanter, rire pleurer, seul, sans but, au hasard ; 
 D’un sourire, d'un mot, d'un soupir, d'un regard 
 Faire un travail exquis, plein de crainte et de charme, 
 Faire une perle d'une larme : 
 Du poète ici-bas voilà la passion, 
 Voilà son bien, sa vie et son ambition. 
   
   
 Impromptu - En réponse à cette question : qu'est-ce que la poésie? 



Alfred de Musset-1839-









Et que dit-on de la tendresse ?

Juvénal, patriarche de Jérusalem, poète satirique de la fin du 1er siècle et début du 2eme siècle, dit de la tendresse :

« La tendresse du cœur, c’est ce que la nature reconnaît donner aux hommes en leur accordant les larmes ; c’est là la meilleure part de nos sentiments »

Les photos que l’on m’a envoyées pendant ce mois de décembre reflètent presque toutes ce sentiment noble, qu’est la tendresse

Bien présente chez mes ami-e-s, autant qu’en moi, j’ai ressenti le désir de vous parler de ce sentiment

La reconnaissez-vous ici, la tendresse, sur cette photo que Mimi m’a envoyée ?


Salvatore par Mimi




-Les seuls beaux yeux sont ceux qui vous regardent avec tendresse -

Coco Chanel

 

Cette chanson exprime la tendresse

La tendresse

On peut vivre sans richesse
Presque sans le sou
Des seigneurs et des princesses
Y'en a plus beaucoup
Mais vivre sans tendresse
On ne le pourrait pas
Non, non, non, non
On ne le pourrait pas

On peut vivre sans la gloire
Qui ne prouve rien
Etre inconnu dans l'histoire
Et s'en trouver bien
Mais vivre sans tendresse
Il n'en est pas question
Non, non, non, non
Il n'en est pas question

Quelle douce faiblesse
Quel joli sentiment
Ce besoin de tendresse
Qui nous vient en naissant
Vraiment, vraiment, vraiment

Le travail est nécessaire
Mais s'il faut rester
Des semaines sans rien faire
Eh bien... on s'y fait
Mais vivre sans tendresse
Le temps vous paraît long
Long, long, long, long
Le temps vous parait long

Dans le feu de la jeunesse
Naissent les plaisirs
Et l'amour fait des prouesses
Pour nous éblouir
Oui mais sans la tendresse
L'amour ne serait rien
Non, non, non, non
L'amour ne serait rien

Quand la vie impitoyable
Vous tombe dessus
On n'est plus qu'un pauvre diable
Broyé et déçu
Alors sans la tendresse
D'un cœur qui nous soutient
Non, non, non, non
On n'irait pas plus loin

Un enfant vous embrasse
Parce qu'on le rend heureux
Tous nos chagrins s'effacent
On a les larmes aux yeux
Mon Dieu, mon Dieu, mon Dieu...
Dans votre immense sagesse
Immense ferveur
Faites donc pleuvoir sans cesse
Au fond de nos cœurs
Des torrents de tendresse
Pour que règne l'amour
Règne l'amour
Jusqu'à la fin des jours

 

Elle fut remarquablement  interprétée par Bourvil


Mais, cette chanson bien sûr Salvatore l’interprète

Ici on le retrouve en compagnie de Zazie






garogori78

8 mars 2009

Adamo & Zazie - La tendresse



Salvatore

Salvatore à Achères concert 2009



Et puis j’ai choisi pour cette promenade entre tendresse et douceur, une photo que Jeannine a prise potron-minet au lac de Chambly – Canada - et qui me conforte dans l’idée que



le lac de Chambly


-L’aurore ressemble à un regard d’une tendresse infinie-

Nicole Houde



 

 

 

Mais le son peut lui aussi envahir l’âme d’un bain de tendresse et de douceur infinie        







Les adamis, les chansons, la musique nous apportent parfois la tendresse  




concert décembre 2009


Un temps, celui de l’aurore, peut-être comparé à la tendresse infinie d’un regard

Continuons à observer autour de soi pour prolonger cette halte salvatrice que procure la tendresse  






Image4





La nature, par le biais de la neige - qui a cette époque nous rend bien souvent visite -




vue du balcon de Jeannine




Nous fait découvrir les paysages transformés, dulcifiés :



Image1





Comme enfermés dans un lit de satin blanc :




Image2




 N’est-ce pas là une façon dont la nature nous baigne de sa tendresse ?




Puis, régulièrement, la musique revient nous enchanter



Salvatore par Maria





Et ici, avec Salvatore, puis Richard Clayderman on découvre que parfois la tendresse a une couleur







JorgeRCPP




Tu sembles dubitatif, Gérard



gérard réfléchit-copie-1





Pourtant, tu  connais si bien les couleurs, leurs secrets, leurs accords




entrée de jardin




Et ici sur cette toile, les pas japonais régulièrement ancrés dans la tendre pelouse feront passer les « adamis » sous la tonnelle, porte de ce jardin ombré et fleuri, dont on sent presque le parfum





Ici, ce sera le reporter qui fera les pas pour venir te voir peindre



Gérard et le reporter



dans ton jardin         



gérard peint dans le jardin



Nous te remercions de partager avec nous ces instants sympathiques





Nos adamies partagent également avec nous d’autres instants précieux




les trois amies



Salvatore, à propos de tendresse a écrit


ENSEMBLE



Etrange souvenir...


...Et moi, je m'éveillais à la tendresse,
A ta tendresse.
Et nous avons pris le chemin ensemble,
Ensemble...


...Alors moi, je nais à la tendresse,
A ta tendresse.
Et depuis, ma mie, que de chemin ensemble,
Ensemble...

...Le temps où je vivais sans la tendresse,
Sans ta tendresse.
Alors qu'au-delà de la vie nous étions ensemble,
Ensemble, ensemble, ensemble.



Salvatore Adamo




Je pense que cette vidéo consacrée à la douceur trouve sa place ici









Image5


Reprenons à présent, notre douce promenade hivernale dans cette belle neige, puis nous irons voir l’effet de la neige sur le comportement de quelques animaux











Il me vient alors, en mémoire cette poésie de Baudelaire

 

Le chat

 

Dans ma cervelle se promène,

Ainsi qu’en son appartement,

Un beau chat, fort, doux et charmant.

Quand il miaule, on l’entend à peine,

 

Tant son timbre est tendre et discret ;

Mais que sa voix s’apaise ou gronde,

Elle est toujours riche et profonde.

C’est là son charme et son secret.

 

De sa fourrure blonde et brune

Sort un parfum si doux qu’un soir

J’en fus embaumé, pour l’avoir

Caressée une fois, rien qu’une.

 

C’est l’esprit familier du lieu ;

Il juge, il préside, il inspire

Toutes choses dans son empire ;

 Peut-être est-il une fée, est-il dieu ? 
   
 Charles Baudelaire  



Et puis quelques secondes de découvertes…









 

 Mais il n’y a pas que les chats dans la neige, je sais que cette vidéo va plaire à beaucoup de mes amis. Personnellement je suis captivée.

La belle et le poney, un couple bien complice, le courage allié à la tendresse de deux êtres








La neige comme la rose sont si douces au regard,

Si la rose est parfumée, la neige ne l’est point,

Mais la rose comme la neige peuvent être douloureuses,

L’une peut vous piquer, l’autre vous geler les doigts,

La  nature nous enseigne suffit d’un seul instant

Brunette




je n'aurai pas le temps



Je vous propose de prolonger ces quelques secondes de « promenade-tendresse » en empruntant ce chemin de neige, un peu mystérieux, mais de toute façon

Je n'aurai pas le temps
Pas le temps

Même en courant
Plus vite que le vent
Plus vite que le temps
Même en volant
Je n'aurai pas le temps
Pas le temps

De visiter
Toute l'immensité
D'un si grand univers
Même en cent ans
Je n'aurai pas le temps
De tout faire…


Paroles de Michel Fugain











A présent prenons congé, nous nous reverrons après les concerts de Salvatore à l’Olympia les 05 et 06 février prochains et peu avant la Saint-Valentin…










Merci de m’avoir lu, merci à tous ceux qui participent

Brunette

Partager cet article
Repost0